Pierre Macherey : Compte rendu de : Frédéric Keck, « Un monde grippé », éd. Flammarion, 2010.

Frédéric Keck, Un monde grippé, éd. Flammarion, 2010.

Entre 2007 et 2010, dans le cadre d’une longue enquête qu’il a menée en tant que chercheur au CNRS, Frédéric Keck a sillonné le monde pour recueillir des informations sur  la manière dont la grande épidémie grippale, à la propagation de laquelle il a assisté en direct, a été vécue et interprétée en tant qu’évènement social par tous ceux qui y étaient impliqués en première ligne, ses « acteurs ». Il a ainsi rassemblé la matière d’un passionnant ouvrage d’anthropologie sociale où il étudie, en essayant de comprendre comment ils ont interféré, les différents paramètres qui sont intervenus dans le déroulement de cet évènement : ceux-ci relèvent principalement de la connaissance biologique et de l’organisation de la recherche scientifique, de l’administration de la santé publique et de la politique sécuritaire, de la gestion de la production agricole et de la logique des échanges économiques, et enfin des diverses structures idéologiques, religieuses, identitaires, etc., qui en structurent l’interprétation ; ils correspondent à des lignes de détermination qui ne sont pas automatiquement harmonisées entre elles et dont, dans ce cas précis, la rencontre s’est effectuée dans les conditions propres à une situation de crise qui en a souligné les écarts et exacerbé les contrastes. Ceci constitue une façon originale d’aborder les problèmes de société et les conflits sur lesquels ils débouchent en vue de faire apparaître ceux-ci comme étant consubstantiels à la nature même du social, qui s’édifie sur la base de tels désaccords qu’il s’emploie avec plus ou moins de succès à résoudre ou tout au moins à corriger sur le plan de leurs effets.

Un monde « grippé », c’est  en effet à la fois un monde infesté par des virus qui exercent sur lui une influence destructrice, – ce n’est pas un hasard si ce mal s’est aussi dénommé influenza, terme qui évoque un écoulement continu dont la progression est irrésistible -, et, simultanément, un monde dont les articulations grincent, dont le moteur tousse en même temps que son nez coule : il ne tourne plus tout à fait rond, parce que ses engrenages sont désajustés, un défaut de sa constitution que le mal révèle sans en être par lui-même la cause propre, du moins uniquement. De ce point de vue, l’investigation menée par Frédéric Keck à propos de ce « monde grippé » représente une contribution importante à la philosophie sociale, qu’elle rend attentive aux phénomènes de rupture, aux failles et aux pannes qui ne représentent pas seulement pour l’existence de ce qu’on appelle « société » des accidents ponctuels de parcours qu’une régulation correctement appliquée permettrait de réduire, mais des faits constitutifs qui en conditionnent en profondeur la réalité et en stimulent la dynamique de transformation au moment même où ils paraissent la bloquer. On est ainsi amené à se demander : et si l’avenir de nos sociétés modernes, c’était justement la grippe, sous la forme d’une grippe généralisée qui en suspend le fonctionnement, en ravage les acquis, en remet en cause les certitudes, en même temps qu’elle en érode les contours ? Entre autres lectures dont le livre de Frédéric Keck est susceptible, il y a donc celle qui permet d’alimenter une réflexion sur les limites, sur les intersections et sur les frontières : l’ensemble des facteurs faisant obstacle à la conception d’un organicisme qui amène à considérer la société comme une totalité organique refermée sur elle-même, campée sur les convictions attachées à sa conscience de soi pleine et invincible, bien accordé et solidaire, dont les rapports se déploient sous des formes cohérentes et unifiées, sauf lorsque des interventions exceptionnelles, imputables à des éléments étrangers, viennent en détourner provisoirement le cours normal. Un phénomène comme la grippe, lorsqu’il revêt les allures d’une peur mondiale, permet de mieux comprendre comment une société produit et promeut, dans la peine et dans la lutte, les normes qui lui permettent, davantage encore que de vivre, de survivre, en se réinventant à tout moment à ses risques et à des frais, sans garantie ou promesse de légitimité, au cours d’un processus de socialisation qui est sans fin assignable. Dans cette perspective, Frédéric Keck est amené à traiter la grippe comme un fait social total.

        La première limite mise en évidence et simultanément problématisée par ce phénomène, c’est celle qui passe entre le grand et le petit. Le grand, c’est la masse considérable des populations concernées par la menace épidémique dont la diffusion tend à se communiquer à l’ensemble de la biosphère alors requalifiée en terrain de diffusion de la «  zoonose » ; le petit, c’est l’agent supposé responsable en dernière instance de l’affection mortelle, le virus, imperceptible et insaisissable, qui, tel le phénix, renaît perpétuellement de ses cendres, disparaît pour réapparaître ailleurs en effaçant ses traces : ce qui le rend invincible, c’est précisément son invisibilité que les coûteux microscopes des biologistes s’efforcent de dissiper sans y parvenir complètement, car, à peine isolé, il s’efface et ne revient que sous d’autres formes ; il est d’ailleurs à noter que, à l’autre extrémité, les groupements démesurés que constituent les populations  virtuellement ou réellement contaminées se dérobent tout autant à une perception claire, sinon sous la forme abstraite et comme dévitalisée de leur recension chiffrée, mise en colonne sur des tableaux. C’est le cas de dire alors, comme le fait Pascal en rejouant la thématique de la coïncidentia oppositorum héritée de Nicolas de Cuse, que les extrêmes se touchent en se rejoignant à l’infini, ce qui souligne encore un peu plus leur disproportion. Les réseaux de socialité qui se déploient entre ces deux pôles entreprennent, sans jamais y parvenir, et sans disposer d’aucune assise stable, d’occuper en totalité l’espace désespérément vide qui les sépare. La limite qui passe entre le grand et le petit, sans cesse déplacée, se dissout dans l’illimité, où elle cesse d’être arrimée à des repères fixes.

        Deuxième limite qu’interroge la propagation de l’infection grippale : celle de l’intérieur et de l’extérieur. En raison des difficultés qu’il y a à contrôler l’expansion du mal, celui-ci est ressenti de façon spontanée comme une menace, tendanciellement responsable d’effets perturbateurs dont l’ampleur est difficile à mesurer. L’épidémie se présente ainsi spontanément comme une invasion, une intrusion, dont la responsabilité est normalement imputée à un agent étranger qui attaque le monde habité sur lequel il exerce son influence mortifère (la fameuse « influenza » !) : le paradigme militaire, avec les oppositions ami-ennemi et offensive-défensive qui se trouvent à sa base, inspire ce type d’interprétation. Le problème est que l’agent qui exerce ses ravages sur le monde vivant est lui-même une composante de sa substance, un vivant issu des infimes replis de son organisation dont il remet en cause la stabilité. Nature et contre-nature ne s’opposent pas frontalement, selon la logique de ce que Kant appelle les grandeurs négatives : mais elles traduisent la présence d’une contradiction inhérente à l’ordre du vivant, un ordre que son essence même expose au désordre, et ceci de manière permanente. Si la vie est animée par un élan qui la pousse à se perpétuer, ce qui conduit à lui attribuer une espèce de finalité, il demeure que celui-ci ne suit aucune direction affirmée de façon tranchée : c’est pourquoi dans sa logique propre, qui défie les estimations rationnelles, cet élan fait place à des forces dont les effets peuvent être occasionnellement destructeurs ; il apparaît ainsi que la mort est aussi un déterminant de la vie au processus de laquelle elle est directement partie prenante, au titre non d’un obstacle dû à des causes étrangères, mais d’un élément qui, paradoxalement, en relance le développement en lui communiquant une orientation différente. Selon le propos d’un expert de l’épidémie rapporté par Frédéric Keck, « cela ne signifie pas que la nature a une mauvaise intention, mais qu’elle essaie toute les possibilités » (Un monde grippé, p. 75). Entre voies royales et chemins qui ne mènent nulle part, la vie, qui ne poursuit pas de but défini, ne fait pas la différence. Il n’y a plus en conséquence de frontière repérable entre l’intérieur et l’extérieur, qui, leurs limites étant dissoutes, se fondent l’un dans l’autre : suivant d’improbables liaisons, sur fond de risques susceptibles de dégénérer en catastrophes, l’humain communique avec l’inhumain contre lequel aucune cloison n’est suffisamment étanche pour le protéger. Dans un monde à l’essai, peut-être même en sursis, les démarches sécuritaires de précaution effectuent en douceur le passage du virtuel au réel : encore une limite en cours de débordement !

Est alors remise en cause, l’ouvrage de Frédéric Keck insiste particulièrement sur ce point, la distinction entre animalité et humanité. L’humanisation de la biosphère s’est traduite par la domination des espèces animales sous les formes de la domestication, du dressage, de l’enfermement, voire de la protection qui, sous les espèces de la surveillance, est également une forme de contrôle et d’asservissement : la sélection artificielle, qui a servi de modèle aux savants pour comprendre l’évolution naturelle, a fait des animaux des produits de la technique humaine qui les « suit » de leur naissance à leur mort, en particulier pour en faire des objets de consommation, des marchandises. La maladie, dont la cause première est due à une forme de vie animale, le virus, a besoin pour se propager de vecteurs, qui sont eux-mêmes des animaux, oiseaux sauvages, poulets, canards ou porcs : ces derniers sont des artéfacts issus de l’élevage humain, une entreprise que l’évènement perturbateur de la grippe fait apparaître comme étant à la fois captatrice et dévastatrice ; ce double caractère est encore accentué lorsque des campagnes sécuritaires donnent lieu à de spectaculaires abattages en série cumulant les valeurs de la prévention (pragmatique) et de l’expiation (symbolique), et qui ne font pas la distinction entre animaux malades et animaux sains, en application de la maxime du docteur Knock selon laquelle un être sain est un malade qui s’ignore. Comme dans le mythe de l’apprenti sorcier, le dominé devient alors potentiellement dominant : celui qui était un objet de soin, un soin qui peut revêtir des formes extrêmement cruelles, comme les images de poulets élevés en batterie en apportent le témoignage insupportable, est perçu comme un danger ; son utilité se retourne en nocivité, comme s’il se révoltait contre son exploitation abusive pour laquelle il réclame vengeance. L’humanité, en s’appropriant le monde animal, l’a de fait intégré à son existence propre dont il est devenu un partenaire à part entière, ce qui a du même coup révélé la périssabilité de cette existence en l’affectant d’un certain coefficient de fragilité et d’incertitude. L’homme n’est plus face à l’animal comme un être supérieur dont la prééminence est assurée : mais il est lui-même un animal dont la vie est entremêlée à celle des autres espèces avec lesquelles il entretient des relations ambiguës de coopération et de lutte dont l’issue est sans cesse à renégocier. Prise en tenaille entre rationalité calculatrice et émotion morale, la politique sanitaire consiste à se préparer convenablement à de nouvelles crises, qui doivent se produire sous des formes difficilement prévisibles ce qui rend leur résolution aléatoire.

Du même coup, c’est l’unité même du monde humain qui devient problématique : les différentes figures de socialisation qui s’y entrecroisent, loin de former un ensemble cohérent et bien emboîté où leurs rôles soient distribués en fonction d’un unique principe d’ordre déterminé a priori, tirent chacune dans leur sens et peinent à s’accorder. Le principal poste d’observation que Frédéric Keck a choisi pour repérer ces conflits structurels est Hong-Kong, l’ancienne colonie de l’empire britannique réintégrée tant bien que mal à la république populaire de Chine, et dont sa position géographique et historique fait, comme à la charnière entre deux types de socialité fondamentalement divergents, l’une des articulations significatives du monde contemporain qui révèle la précarité des équilibres sur lesquels il est bâti. A un moment crucial de son enquête, Frédéric Keck remarque :

« Je voyais combien  la frontière entre les humains et les animaux… révélait des coupures à l’intérieur des êtres humains : entre observateurs et marchands d’oiseaux, entre département de l’Agriculture et de la Santé au gouvernement, entre les biologistes intéressés par les origines animales du virus et ceux qui étudiaient sa pathologie humaine… L’une de ces frontières était celle qui passait entre la Chine, foyer supposé des pandémies, d’où venaient les oiseaux sauvages et les volailles, et Hong-Kong, sentinelle sanitaire pour le reste du monde, où les entreprises internationales s’installaient à l’abri des systèmes financiers pour conquérir le continent chinois. » (Un monde grippé, p. 85)

A la croisée du biologique, de l’économique, du politique et du symbolique, les problèmes de santé mettent en jeu des intérêts divergents, qu’il ne va pas de soi de rassembler sous des normes communes. Il est ainsi démontré qu’un processus de normalisation ne peut se dérouler hors contexte : il ne relève pas simplement de décisions formelles, revêtant un caractère quasi performatif pour autant que leur énoncé aurait, en droit, mais en droit seulement, valeur de nécessité ; car il doit surmonter des obstacles qu’il aborde en ordre dispersé, sans suivre une logique préétablie qui lui indiquerait la bonne voie, celle qui conduit tout droit au but, un but que son caractère idéal coupe fatalement des conditions de sa réalisation. L’anthropologue, qui s’efforce de repérer les coutures de ce monde plus ou moins bien rapiécé, fixe en premier lieu son attention sur ces obstacles qui représentent les valeurs négatives en l’absence desquelles il n’y aurait tout simplement pas de vie sociale, sinon sur le papier, à l’écart des faits et de leur nécessité concrète : c’est pourquoi les catastrophes, quelles qu’en soient les origines, représentent pour lui un exceptionnel objet d’étude ; car elles correspondent aux moments où, les cartes du jeu social étant redistribuées, s’engagent de nouvelles parties dont l’issue ne peut être à l’avance programmée.

        Dans l’introduction de son livre, Frédéric Keck écrit, en vue de préciser les caractère de son regard d’anthropologue :

« Je ne cherche pas à connaître les mécanismes qui déterminent les trajectoires du virus de grippe, mais à comprendre les réactions des sociétés à leur apparition. » (Un monde grippé, p. 11)

En « réagissant » au virus, qui précipite ses conflits internes, l’univers social montre sa face cachée, l’envers secret de ses rapports qui ne disposent d’aucune assise fixe, et où les frontières sont à tout moment à retracer, sans garantie absolue de succès ou de légitimité. Indépendamment de son caractère proprement documentaire, l’ouvrage de Frédéric Keck présente un grand intérêt théorique dans la mesure où il met en valeur ces questions de frontière qui témoignent des incertitudes d’un processus de socialisation à la recherche de nouveaux modèles, au cours d’un mouvement ininterrompu qui fait se succéder les points de rupture et se nourrit de ses propres crises.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *