Le sujet productif

 

Pierre Macherey

Exposé présenté le 10 mai 2012

Stage de formation des professeurs de philosophie, Lille

 

« Il est impossible de faire de l’histoire actuellement sans utiliser une kyrielle de concepts liés directement ou indirectement à la pensée de Marx et sans se placer dans un horizon qui a été décrit et défini par Marx. A la limite on pourrait se demander quelle différence il pourrait y avoir entre être historien et être marxiste. »

(Foucault, entretien donné en 1975 au Magazine littéraire, Dits et Ecrits, t. II, éd. Gallimard, 1994, p. 753)

Le pouvoir, de la politique à l’économie

Dans la partie conclusive de La volonté de savoir (éd. Gallimard, 1976), Foucault explique comment il a été amené à considérer le pouvoir, tel qu’il existe aujourd’hui, d’un point de vue, non pas négatif, comme une contrainte dont la forme est au départ juridique, mais positif, en tant qu’il repose sur des mécanismes qui, au lieu d’imposer à la vie humaine des bornes, l’organisent sur un plan matériel, et même contribuent à la « produire ». C’est cette idée qui est au principe de la conception du « bio-pouvoir », à propos duquel il écrit :

« Ce bio-pouvoir a été, à n’en pas douter, un élément indispensable au développement du capitalisme ; celui-ci n’a pu être assuré qu’au prix de l’insertion contrôlée des corps dans l’appareil de production et moyennant un ajustement des phénomènes de population aux processus économiques. Mais il a exigé davantage ; il lui a fallu la croissance des uns des autres, leur renforcement en même temps que leur utilisabilité et leur docilité ; il lui a fallu des méthodes de pouvoir susceptibles de majorer les forces, les aptitudes, la vie en général sans pour autant les rendre plus difficiles à assujettir ; si le développement des grands appareils d’Etat, comme institutions de pouvoir, a assuré le maintien des rapports de production, les rudiments d’anatomo- et de bio-politique inventés au XVIIIe siècle comme techniques de pouvoir présentes à tous les niveaux du corps social et utilisées par des institutions très diverses (la famille comme l’armée, l’école ou la police, la médecine individuelle ou l’administration des collectivités), ont agi au niveau des processus économiques, de leur déroulement, des forces qui y sont à l’œuvre et les soutiennent ; ils ont opéré aussi comme des facteurs de ségrégation et de hiérarchisation sociale, agissant sur les forces respectives des uns et des autres, garantissant des rapports de domination et des effets d’hégémonie ; l’ajustement de l’accumulation des hommes sur celle du capital, l’articulation de la croissance des groupes humains sur l’expansion des forces productives et la répartition différentielle du profit, ont été, pour une part, rendus possibles par l’exercice du bio-pouvoir sous ses formes et avec ses propriétés multiples. L’investissement du corps vivant, sa valorisation et la gestion distributive de ses forces ont été à ce moment-là indispensables. » (VS, p. 185-186)

En schématisant, on peut dire que, dans cette page, Foucault expose la nécessité de repenser le pouvoir en le détachant de l’emprise du politique pour le rapprocher du plan où se déroule concrètement l’économie, une économie qui, avant même d’être ciblée sur la valeur de biens échangeables, au titre d’une économie de choses, se préoccupe principalement de la gestion de la vie, des corps et de leurs « forces », terme qui revient ici de manière lancinante. Par ailleurs, il lui importe de restituer à cette nouvelle conception du pouvoir une dimension historique, ce qu’il fait en l’associant au développement du capitalisme et des rapports sociaux de productions très particuliers mis en œuvre par celui-ci dans le contexte de la révolution industrielle : bien que le mot « classe » ne soit pas énoncé, il est manifestement sous-entendu lorsque sont évoqués au passage les « facteurs de ségrégation et de hiérarchisation sociale agissant sur les forces respectives des uns et des autres, garantissant des rapports de domination et des effets d’hégémonie » et « l’articulation de la croissance des groupes humains sur l’expansion des forces productives et la répartition différentielle du profit ». Ici, Foucault peut paraître tout proche de flirter avec les analyses de Marx dans Le Capital, qu’il concilie avec son effort en vue de replacer le pouvoir dans une perspective positive et « productive ».

Cinq ans plus tard, revenant sur ce point dans  une conférence donnée à Bahia en 1981, publiée sous le titre imagé « Les mailles du pouvoir » (Dits et Ecrits, t. IV, éd. Gallimard, 1994, p. 182 et sq.), Foucault confirme explicitement ce rapprochement. Il y déclare :

« Comment pourrions-nous essayer d’analyser le pouvoir dans ses mécanismes positifs ? Il me semble que nous pouvons trouver, dans un certain nombre de textes, les éléments fondamentaux pour une analyse de ce type. Nous pouvons les trouver peut-être chez Bentham, un philosophe anglais de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, qui, au fond, a été le grand théoricien du pouvoir bourgeois, et nous pouvons évidemment le trouver aussi chez Marx, essentiellement dans le livre II du Capital. C’est là je pense que nous pourrons trouver quelques éléments dont je me servirai pour l’analyse du pouvoir dans ses mécanismes positifs. » (DE IV, p. 186)

Foucault veut dire que Bentham et Marx, même s‘ils le font de manière différente, parlent au fond de la même chose : l’apparition d’une nouvelle configuration de pouvoir, qui coïncide avec l’avènement du capitalisme et de la bourgeoisie, et n’a pas seulement consisté en une mutation institutionnelle ou une prise du pouvoir politique parce qu’elle a reposé, à la base, sur une prise en charge originale des forces mêmes de la vie, qui donnent sa matière propre à l’économie, une économie dont les transformations on impulsé le changement social. On pourrait soutenir que cette façon de voir va dans le sens de la thèse d’une détermination en dernière instance par l’économie, sous réserve d’un élargissement du concept de celle-ci, élargissement au terme duquel ce concept comprend la gestion, ou, pour reprendre le terme ambigu utilisé par Foucault, la « production » de la vie sous toutes ses formes. Dans la suite de sa conférence, en réaffirmant à chaque fois de manière appuyée la référence à Marx, Foucault énumère les quatre aspects qui caractérisent cette mutation historique et sociale du pouvoir : sa déconcentration en une multiplicité de pouvoirs hétérogènes, son désengagement de la forme étatique, son orientation positive et non plus prohibitive et répressive, et enfin sa technicisation progressive qui a procédé par essais et par erreurs, sans être planifiée, donc sans être soumise à des fins conçues et prescrites intentionnellement au départ. Ce dernier point est celui auquel Foucault accorde le plus d’importance ; c’est lui qui est évoqué dans le passage de La Volonté de Savoir qui a été cité où il est question « des méthodes de pouvoir susceptibles de majorer les forces, les aptitudes, la vie en général sans pour autant les rendre plus difficiles à assujettir ».

Lorsque Foucault donne en référence « le livre II du Capital », il pense manifestement au second tome de l’édition française de l’ouvrage de Marx publiée aux Editions Sociales, qui comprend les sections 4, 5 et 6 du livre I du Capital, le seul qui a paru de son vivant, la rédaction définitive des livres II et III ayant été effectuée après sa mort par Engels. Althusser, dans la préface qu’il avait rédigée pour la publication en 1969 du livre I du Capital dans la collection GF Flammarion, avait préconisé de le lire en commençant directement par la deuxième section, donc en sautant la première, celle dont l’interprétation pose le plus de problèmes, des problèmes qui ne sont susceptibles d’être résolus que lorsqu’on est arrivé à la fin de l’ouvrage et qu’on en a maîtrisé l’argumentation en totalité. Foucault semble aller plus loin encore, en conseillant d’aborder l’ouvrage de Marx par la quatrième section, celle qui est consacrée à « La production de la plus-value (ou survaleur, Mehrwert) relative » : en effet, c’est dans celle-ci qu’il voit apparaître pour la première fois les éléments permettant de déterminer la nouvelle configuration de pouvoir annoncée dès la fin du XVIIIe siècle par un théoricien comme Bentham, qui est celle du « pouvoir bourgeois » dont Marx aurait le mieux contribué à analyser les mécanismes, c’est-à-dire les procédures particulières telles qu’elles relèvent d’une technologie du pouvoir. En polarisant l’attention sur cette partie de l’ouvrage, Foucault trouve du même coup le moyen de prendre distance avec la présentation polémique qu’il avait lui-même donnée dans Les Mots et les Choses, non à proprement parler de la pensée de Marx telle qu’elle est déposée dans ses écrit mais de ce qui en est issu sous la forme d’une vulgate « marxiste », dans laquelle il avait décelé un avatar ou un épiphénomène de l’économie politique sous la forme qui lui avait été donnée par Ricardo, rien de plus. Tout se passe de ce point de vue comme si Foucault proposait d’ajouter un nouveau chapitre à l’entreprise dans laquelle Althusser s’était lui-même engagé en publiant Lire le Capital, où était déjà amorcée une remise en cause de la vulgate marxiste traditionnelle.

Qu’est-ce qui a pu intéresser Foucault dans les passages du Capital qui commencent à la section 4 au point qu’il les présente comme les sources d’une étude positive du pouvoir, enracinée dans le développement de l’économie et de ses « forces » ? C’est ce point que nous voudrions élucider en revenant sur le texte de Marx, dont la proposition de Foucault incite à faire une lecture qu’on peut dire « symptomale », car il ne va du tout de soi, à première vue, d’en tirer les principes qu’une analyse du « pouvoir », qui y est au mieux sous-jacente, présente en filigrane. Pour poser crûment la question qui va nous préoccuper, comment, de l’explication du processus de production de la plus-value relative, est-il possible, sans tomber dans la surinterprétation, de tirer les éléments d’une théorie du pouvoir, alors que le problème du pouvoir, s’il n’est pas tout à fait étranger à cette explication, n’y est soulevé qu’à la marge ? Disons tout de suite que cette question, qui met en jeu la relation particulière que le pouvoir entretient avec l’économie du capitalisme, ce qui conduit à mettre entre parenthèses les rapports qu’il peut avoir par ailleurs avec des formes étatiques et politiques, amène à prendre en compte en lui restituant une importance primordiale la notion que Marx a lui-même présentée comme étant sa principale innovation théorique, celle avec laquelle il prétendait rompre radicalement avec l’économie ricardienne : la notion de « force de travail », dans la formulation de laquelle se trouve justement la référence à la « force », référence à laquelle Foucault accorde une telle importance dans sa propre conception de la nouvelle économie du pouvoir ; de cette économie on peut dire qu’elle n’est pas une économie de choses ou une économie de biens, mais une économie de « forces » qui, comme telle, est aussi, indissociablement, une économie de personnes, une économie qui, concrètement, se trouve articulée à des procédures d’assujettissement des personnes, et plus précisément des corps. Pour reprendre les termes utilisés par Foucault, nous allons donc avoir à nous demander comment, en mettant en œuvre l’exploitation de la force de travail, le capitalisme a élaboré « des méthodes de pouvoir susceptibles de majorer les forces, des aptitudes, la vie en général sans pour autant les rendre plus difficiles à assujettir ». Précisons que le but d’une telle enquête n’est pas de démontrer que les idées avancées par Foucault se trouvaient déjà inscrites en toutes lettres dans le texte de Marx, ce qui reviendrait à forger la fiction d’un Foucault « marxiste » ou « marxisant », comme tel héritier de Marx, mais d’enrichir la compréhension que nous pouvons avoir de ce texte en l’éclairant à la lumière des hypothèses avancées par Foucault, donc en parcourant le chemin qui ramène de Foucault vers Marx, dans l’espoir de faire apparaître la pensée de ce dernier sous un jour nouveau, et en particulier, c’est le point qui nous préoccupe ici prioritairement, de reposer la question du pouvoir en la déplaçant du plan de la politique sur celui de l’économie1.

Le régime du salariat et l’exploitation de la force de travail

Pour répondre aux questions qui viennent d’être soulevées, il faut d’abord revenir sur la théorie du salariat, qui, selon la présentation qu’en donne Marx, constitue la base de l’économie capitaliste, et distingue radicalement celle-ci des modes de production antérieurs. Résumons cette théorie à très grands traits. Dans le contexte propre au capitalisme, la production de marchandises porteuses de valeur, donc échangeables, repose sur la consommation productive de la force de travail ; cette dernière, la force de travail, est la propriété du prolétaire, et le capitaliste acquiert, en échange d’un salaire, le droit d’en user durant un certain temps à l’intérieur de l’espace de son entreprise où elle est « consommée ». Lorsqu’il évoque ce contrat de travail, il arrive assez souvent à Marx d’écrire que le prolétaire vend au capitaliste sa force de travail, formule abrégée qui, prise à la lettre, est trompeuse. En effet, ce que le travailleur aliène en échange d’un salaire, ce n’est pas sa force de travail en tant que telle, considérée dans sa substance qui lui est incorporée en ce sens qu’elle est indissociable et même indiscernable de son existence corporelle : car, s’il le faisait, il deviendrait d’une certaine manière, l’esclave de son employeur, il ne s’appartiendrait plus, ce qui aurait pour conséquence qu’il perdrait la responsabilité d’entretenir lui-même cette substance qui fait corps avec sa personne. En échange du salaire, le prolétaire ne concède en réalité que le droit d’exploiter sa force de travail durant un certain temps et en un certain lieu, c’est-à-dire proprement qu’il la loue, avec cette particularité que le règlement du loyer qui lui est versé en échange dans le cadre de cette transaction est différé, le salaire n’étant effectivement versé qu’après usage et non avant, comme c’est le cas dans la plupart des contrats locatifs : cette disposition déséquilibre d’emblée le rapport d’échange, dans la mesure où elle représente une pression exercée par le payeur sur le vendeur. Il résulte de tout cela que, si l’on veut comprendre ce que c’est que le travail salarié, il faut faire soigneusement la distinction entre la force de travail en tant que telle, ce que nous avons appelé sa substance, et son emploi, qui est mesuré dans le temps et dans l’espace, l’unité de base de cette mesure étant formellement constitué par la journée de travail telle qu’elle est effectuées dans le cadre de l’entreprise (jusqu’à la fin du XIXe siècle en tout cas, les travailleurs manuels étaient généralement embauchés, et rémunérés, à la journée, ce qui les différenciait des employés) : le régime du salariat, qui détermine la relation du capital au travail, suppose la dissociation de ces deux aspects, donc que la force de travail, en tant que disposition dont le corps est le porteur durant tout le temps de la vie, soit, dans les faits, séparée des conditions de son activation telle qu’elle s’effectue dans certaines limites temporelles et à l’intérieur de l’espace propre à l’entreprise, où le travailleur doit se rendre, en apportant avec lui sa force de travail, pour que celle-ci puisse être utilisée dans des conditions appropriées. La capacité existentielle reste la propriété inaliénable du travailleur qui, en échange d’un salaire, concède à son patron la possibilité de s’en servir, de la mettre en œuvre à son profit durant un certain temps et dans un cadre déterminé. Ceci est un premier point, qui fait apparaître que la notion de force de travail, alors qu’elle se présente au départ comme une donnée naturelle simple et unifiée, comme « puissance » ayant ses sources dans la vie et dans le corps, est beaucoup plus complexe : on peut avancer que l’intervention historique du capitalisme et de son mode de production spécifique a précisément pour effet de la compliquer, en exploitant la division qui vient d’être évoquée, ce qui n’a rien du tout de naturel.

Foucault serait légitimé de parler à ce propos d’une procédure technique, de laquelle découle l’installation d’une relation de pouvoir : en effet, lorsqu’il échange l’emploi de sa force de travail contre un salaire, le travailleur n’est que formellement « libre » de le faire ; pour que la procédure marche, il faut que, dans les faits, il y soit obligé parce que, pour survivre, il se trouve placé dans la position de demandeur d’emploi, une position dont on peut dire qu’elle est soumise dans la mesure où elle répond à une nécessité « économique » qui n’a rien de juridique en dernière instance. Autrement dit, le fait que la force de travail soit dissociée de son usage est conditionné historiquement : il correspond au développement d’un mode de production spécifique, qui repose sur l’exploitation de la force de travail rendue possible par cette dissociation, dont le tout premier effet est de lier le détenteur de la force de travail, l’ouvrier, aux contraintes du marché du travail ; en effet, il ne suffit pas qu’il « aie » sa force de travail, au sens où son corps est à lui, encore faut-il que celle-ci puisse être mise en œuvre dans certaines conditions, ce qui ne dépend pas de lui.

Mais ce n’est pas tout. Le salariat se présente au départ comme un échange, qui, comme tout échange marchand, doit en principe s’effectuer à valeur égale. Ce que le travailleur apporte sur le marché du travail, c’est lui-même, son corps, sa force de travail, dont il aliène l’usage ; et, pour cela, il reçoit un salaire qui, en principe, doit payer ce qu’il a vendu à sa valeur, qui correspond à son entretien durant la période où il en a concédé l’usage : par entretien, il faut comprendre tout ce qui permet de régénérer cette force selon ses besoins, en comprenant dans ceux-ci ce qui est requis, non seulement par la survie individuelle de l’ouvrier, mais par celle de sa famille, où se fabrique, en même temps que sa force propre de travail, celle de sa descendance, sur laquelle le capitaliste, lorsqu’il verse le salaire, dépose une option, exerçant ainsi une sorte de droit de préemption. Pour que le système fonctionne normalement, selon les règles, ce qui le rend inattaquable sur le plan du droit, il faut que la marchandise soit payée à son juste prix, qui fluctue autour d’une valeur moyenne déterminée par la conjoncture, c’est-à-dire par les variations du rapport entre l’offre et la demande, comme c’est le cas pour tout échange. Lorsqu’il perçoit son salaire, l’ouvrier n’est donc pas volé, spolié, ce qu’il reconnaît implicitement lorsqu’il se plie aux conditions de l’échange dont on peut dire que, formellement, il les accepte de son plein gré. Toutefois, il est impossible d’en rester là. Pour que l’échange ait effectivement lieu, il faut qu’il réponde à des intérêts, qui lient concrètement les parties contractantes. L’intérêt du vendeur apparaît en toute clarté : l’ouvrier aliène l’usage de sa force de travail contre salaire parce que, sans celui-ci, il ne pourrait subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille ; s’il apporte sur le marché du travail sa « marchandise », c’est tout simplement parce qu’il ne peut faire autrement : c’est la condition de sa survie. Mais pour ce qui concerne l’acheteur, qui va employer cette force de travail à son bénéfice, les choses sont beaucoup moins claires : ce qu’il a acheté à sa valeur, le capitaliste entend en effet l’exploiter, non à valeur égale, mais pour en tirer un supplément de valeur qui est destiné à constituer son profit, un profit qui va servir soit à accroître sa production soit à augmenter sa fortune ; de quelque côté qu’on se tourne, il y gagne, et, si ce n’était pas le cas, l’affaire ne l’intéresserait en aucun cas. Il y a donc quelque chose de bizarre, une anomalie, dans la relation qui se met ainsi en place. Dans le cadre de l’échange entre le salarié et celui qui le rétribue, l’un, le travailleur, si, à proprement parler, il ne perd rien, ne gagne rien non plus, c’est-à-dire qu’il ne peut espérer rien gagner de plus que ce qu’il a engagé au départ ; et, s’il se révèle que son salaire dépasse de si peu que ce soit ses besoins réels, ce qui lui permet soit de dépenser en pure perte, pour le superflu, soit d’économiser pour son compte personnel, la rectification s’effectue de manière quasiment automatique, et son salaire baisse, entraînant à terme avec lui la baisse de la valeur moyenne du salaire versé à tous les autres travailleurs. Alors que, dans le cadre de ce même échange, l’autre, l’acheteur prétend, non seulement récupérer sa mise, donc ne rien perdre, mais l’augmenter, ce qui prouve que l’échange à valeur égale duquel le salariat tire sa légitimité sur le plan du droit cache un tour de passe-passe qui métamorphose l’égalité en inégalité, sans que pour autant le droit marchand de l’échange ait été formellement violé. Que s’est-il passé ?

Pour le comprendre, il n’est pas absurde d’appliquer à l’échange que sanctionne le contrat de travail, un échange qui met en relation deux parties sur le mode du donnant-donnant, le schéma élaboré par Mauss pour rendre compte, dans un tout autre contexte, du mécanisme du don. Ce schéma est triangulaire : il articule entre elles trois opérations qui sont « donner », « recevoir », « rendre ». Supposons que le contrat de travail qui est à la base du salariat rentre sous ce schéma. Le donneur, dans ce cas, est celui qui propose une marchandise dont il cherche à se dessaisir : c’est le travailleur qui apporte sur le marché sa force de travail, son corps, dont il loue l’emploi à quelqu’un d’autre. En échange de quoi, lui est « rendue » par l’acheteur, son futur employeur, une valeur égale aux besoins d’entretien de cette force. Mais, lorsque cet acheteur est le capitaliste, ce qui est ainsi « rendu », restitué sous forme de salaire, n’est pas exactement la même chose que ce qui est « reçu » par celui qui, dans le cadre de cet échange, occupe la position d’acquéreur : c’est la condition pour que cet échange à valeur égale produise de l’inégalité. Pour le dire autrement, ce dont le capitaliste prend possession contre versement du salaire, ce qui lui confère le droit de l’exploiter à son idée, de manière conforme à ses intérêts, n’est pas exactement la même chose que ce qui a été apporté, « donné », ou formellement vendu, en échange de ce salaire. Réapparaît donc à ce niveau la division qui a déjà été signalée : celle-ci dissocie dans la force de travail deux aspects, dont l’un est celui qui est « donné » par le vendeur, le travailleur, et l’autre est celui qui est « reçu » par l’acheteur, le capitaliste ; c’est sur cette dissociation que repose le tour de passe-passe dont il a était question, qui fait d’un échange à valeur égale une opération qui profite à une seule de ses parties contractantes, ce qui n’est possible que parce que cet échange s’effectue dans le cadre d’une relation de pouvoir où l’un, le vendeur, occupe la position dominée et l’autre, l’acheteur, la position dominante, ce qui lui permet de faire prévaloir son intérêt. La condition pour que le régime du salariat produise tous ses effets est donc que le travailleur ait été installé dans la position d’un sujet clivé qui, demeurant entièrement maître de sa force de travail, en a aliéné seulement l’usage, ce qui suppose que cette force puisse être séparée matériellement de son usage.

On mesure à partir de là la rupture introduite dans la présentation raisonnée du régime du salariat par la substitution de la force de travail au travail, rupture que Marx présente comme étant sa principale innovation théorique (commentée par Engels, en 1891, dans sa préface à l’édition anglaise de Travail salarié et Capitalde Marx). Si le vendeur, le salarié, aliénait son travail, et si celui-ci lui était payé à valeur égale, comme l’économie classique jusqu’à Ricardo le suppose pour tout échange, l’acheteur, le capitaliste, ne gagnerait rien de plus, et l’échange n’aurait pas lieu, tout simplement parce qu’il ne présenterait pas d’intérêt pour lui. Mais si ce que le vendeur apporte, « donne », c’est sa force de travail, ou du moins la possibilité de l’employer durant un certain temps, il en va tout autrement : car ce qui est transmis, « reçu » au terme de l’échange, n’est pas exactement la même chose que ce qui a été apporté au départ ; ce qui est reçu, c’est la possibilité d’employer la force de travail au-delà de sa valeur réelle, donc de récupérer un profit de son usage, profit que se réserve celui qui a acheté ce droit d’emploi à sa valeur, qui est celle, non de ce qu’il produit, mais de ce qui le produit, c’est-à-dire la valeur nécessaire à l’entretien de la force qui, une fois produite, produit, en étant porteuse de la capacité de produire au-delà de la valeur de ce qui est nécessaire pour la produire. En anticipant sur les notions qui vont être introduites un peu plus loin, on peut dire que, au moment où il accepte les dispositions stipulées par son contrat d’embauche, le travailleur subit une mutation quasi miraculeuse : il cesse d’être son corps en personne, dont l’existence n’est, par définition pareille à nulle autre, et il devient « sujet productif », porteur d’une « force de travail » dont les performances, en tant qu’elles représentent su « travail social », sont soumises à une évaluation commune2 ; et, de cette façon, il est, à tous les sens du mot, assujetti.

Ce qui est ici en jeu, c’est l’équivoque dont est affectée la notion de travail, une équivoque redoublée par la langue française qui confond dans un même terme deux choses que la langue anglaise et la langue allemande distinguent : d’une part, ce qui est connoté par ces deux langues sous les termes Werk et work, c’est-à-dire le résultat du travail, une fois celui-ci accompli, donc lorsque celui-ci a atteint son but ; et d’autre part ce qui est connoté sous les termes Arbeit et labour, c’est-à-dire l’opération ou le processus qui produit, c’est-à-dire l’activité de production en tant qu’elle est effectivement en cours, et se dirige vers ce but qu’elle n’a pas encore atteint. On peut dire que c’est cette distinction terminologique que Marx reprend à son compte lorsqu’il parle, de manière métaphorique, de « travail mort » et de « travail vivant ». Le travail mort, c’est le travail « fini », objectivé, cristallisé dans son produit où sa trajectoire s’est achevée. Le travail vivant, c’est le travail en cours d’effectuation, sur un plan qui lui confère une portée proprement dynamique, alors que le produit que représente le travail mort ne présente qu’une dimension statique. Lorsqu’il a forgé le concept de « force de travail », qui constitue son apport propre à la théorie du salariat, Marx a fait rentrer dans cette formule composée ces deux aspects, comme le fait dans la réalité le mode de production capitaliste qui suppose la possibilité de les substituer l’un à l’autre, alors même qu’ils correspondent à des déterminations différentes. La force de travail, c’est d’un côté, son côté qu’on peut dire dynamique, une force, avec la dimension de puissance qui la définit et dont le travail vivant est porteur3 ; et c’est de l’autre côté, qui serait son côté statique, du travail, au sens du résultat du procès de travail lorsque celui-ci a atteint son but, c’est-à-dire du travail mort. La notion de force de travail, qui articule entre eux ces deux aspects, permet ainsi de comprendre ce qui se passe réellement lorsque le travail vivant se transforme en du travail mort et réciproquement4.

Reprenons sur ces bases le modèle triangulaire du don. Ce que le travailleur apporte sur le marché du travail pour l’échanger contre un salaire, c’est quelque chose qui représente économiquement du travail mort, c’est-à-dire la valeur des biens nécessaires à son entretien, qui permettent à sa force de travail d’exister, en tant qu’elle-même est le produit d’un travail dont la valeur est égale à celle de ces biens, et c’est ce qui lui est payé, « rendu » par le salaire ; c’est à ce point de vue un produit. Mais ce que le capitaliste « reçoit », en vue de l’exploiter, c’est du travail vivant, la possibilité de mettre en oeuvre, d’activer la puissance dont la force de travail est porteuse lorsqu’elle est exploitée au-delà de ce qui est nécessaire à la production des biens servant à son entretien, durant la portion de son temps où l’ouvrier, ayant cessé de travailler pour lui-même, travaille pour le capitaliste, c’est-à-dire à son profit : ce n’est plus à proprement parler un produit, mais c’est ce que Marx appelle assez énigmatiquement une « force productive », entendons une force définie par l’activité de production qu’elle est conditionnée à mettre en oeuvre. En jouant sur les termes, on dira que ce que le travailleur aliène, c’est l’usage de sa Arbeitskraft, sa force de travail en tant qu’elle est toute constituée puisqu’elle fait corps avec lui ; et ce que le capitaliste exploite, c’est un Arbeitsvermögen, qui a à être mis en œuvre dans le cadre d’une activité productive à travers une procédure d’extériorisation. On comprend alors pourquoi le capitaliste est gagnant, et même gagnant gagnant, dans un échange qui est en principe égal, et qui est en réalité un marché de dupes, comme le sont la plupart des rapports juridiques, dans la mesure où ils enveloppent, sans le dire, un rapport qui, lui, n’est pas de l’ordre du juridique.

La question est alors de savoir comment un telle chose, invraisemblable lorsque le principe en est révélé, peut arriver à se réaliser dans les faits. Qu’est-ce qui amène le travailleur à se plier « librement », les guillemets sont dans le texte de Marx, aux conditions de cet étrange contrat à valeur égale en principe, mais en principe seulement, puisque seule l’une des parties contractantes sort gagnante, et même gagnante gagnante, d’un tel échange dont on ne pas dire que réellement il « profite » à l’autre partie qui, elle, s’engage dans ce rapport parce qu’elle ne peut faire autrement ? On peut expliquer cette anomalie de la manière suivante : dans le cadre de l’échange en question, la réciprocité n’est qu’apparente parce que, dans le cours même de l’échange, suivant sa trajectoire propre, ce qui en constitue la matière s’est transformé. Au départ de cette trajectoire, il y a, avons-nous supposé, l’Arbeitskraft du travailleur, c’est-à-dire sa force de travail, entendons sa force de travail personnelle, qui est incorporée à son existence d’individu : et c’est en tant qu’individu, précisément, qu’il s’offre à passer en son nom propre le contrat de travail par lequel il aliène l’usage de sa force de travail durant un certain temps en échange d’un salaire. Mais, à l’arrivée, c’est-à-dire lorsque l’acheteur, le capitaliste, prend livraison de la marchandise dont il s’est porté acquéreur, celle-ci se présente sous un tout nouveau jour : elle est devenue de la force de travail, exploitable dans des conditions qui ne sont plus celles d’une activité de travail individuelle, marquée par les caractères spécifiques attachés aux capacités d’initiative de la personne qui effectue le travail, mais qui définissent une activité productive en général, soumise à des normes communes. Sans même s’en rendre compte, le travailleur, une fois entré dans le régime du salariat, a cessé d’être la personne qu’il est, avec son Arbeitskraft individuellement constituée, et, proprement assujetti, il est devenu l’exécutant d’une opération qui dépasse les limites de son existence propre : cette opération, c’est le « travail social », qui n’est plus à proprement parler, du moins qui n’est plus seulement son travail à lui, mais est du travail, qui doit être effectué sous des conditions qui échappent à son initiative et à son contrôle ; ces conditions sont celles de sa régulation ou rationalisation, c’est-à-dire de ce qui s’appellera à la fin du XIXe siècle, chez Taylor en particulier, « organisation du travail », dont le schéma se trouve déjà tracé chez Marx. Pour reprendre la terminologie que nous avons précédemment employée, ce que « donne » le travailleur, c’est l’usage de son corps en tant que celui-ci est porteur d’une force qui est la sienne ; et ce que « reçoit » le capitaliste, en vue de l’exploiter à son profit, c’est le droit de se servir de cette force en tant que force productive dont les capacités sont répertoriées, calibrées, formatées, et peut-on dire normalisées en fonction de principes qui en conditionnent l’usage optimal, au sens où on parle du conditionnement d’un produit, opération au terme de laquelle celui-ci est requalifié en vue de s’adapter à des règles communes. Si l’échange que sanctionne le régime du salariat a lieu, c’est parce que, au cours de l’échange, ce qui sert de véhicule à l’échange a été transformé, sans que celui qui est demandeur dans ce rapport en ait conscience, ce qui a pour conséquence que cette transformation n’est pas prise en compte dans le calcul des termes de l’échange, un échange qui s’effectue à valeur égale tout en étant inégal, conformément à l’intérêt de celui qui, dans ce même rapport, occupe à la fois la position de payeur et celle de récepteur ou de preneur. Ce qui définit le mode de production capitaliste, c’est que la force de travail y soit traitée comme une réalité à deux faces, donc qu’elle ne soit pas exactement la même chose pour celui qui en est naturellement le porteur et pour celui qui en est devenu l’utilisateur, ce dont résulte la possibilité de tirer de son utilisation un profit dont le capitaliste se réserve le bénéfice, sous la forme d’une plus-value ou survaleur (Mehrwert) qui n’est pas payée par le salaire et en conséquence se présente comme un excédent. Tel est le « truc » sur lequel repose l’exploitation du travailleur qui, tout en restant maître de sa force de travail s’est dessaisi de son usage, comme si son usage ne faisait plus partie de cette force et comme si cette force existait indépendamment du fait d’être employée : il s’agit d’un véritable tour de prestidigitation dont le mécanisme demeure caché, ce qui est la condition pour qu’il produise ses effets. Ceci incite à élargir l’extension du concept de révolution industrielle, concomitante au développement du capitalisme : celle-ci a reposé sur l’invention, outre de machines sophistiquées (dont le prototype est la machine à vapeur), de la « force productive » indispensable pour faire fonctionner ces machines, la « force de travail », résultat d’une création technique associée, comme l’explique Foucault après Marx, à l’installation de procédures de pouvoir spécifiques. Le machinisme est un régime de production complexe qui comprend, à côté d’un appareillage matériel, les agents plus ou moins qualifiés ou déqualifiés qui le font marcher et qui, du même coup, sont incorporés à son système en tant que porteurs d’une force de travail destinée à être consommée productivement. C’est précisément ce que font voir les images montrées par Chaplin dans son film Les Temps modernes : celles-ci présentent une analyse particulièrement forte du mode de travail propre au capitalisme industriel, dans lequel machines inanimées et machines humaines sont étroitement intriquées les unes aux autres.

L’excédent engendré par l’exploitation de la force de travail est par définition variable, dans la mesure où il est lui-même le résultat d’une variation. Pour en calculer théoriquement le taux, Marx se sert du modèle de la « journée de travail », la totalité du temps pendant lequel, chaque jour ouvrable (et, comme nous l’avons signalé, au XIXe siècle, les travailleurs manuels sont généralement employés « à la journée », ce qui assure à leur utilisation un maximum de flexibilité), l’ouvrier s’est engagé à travailler, donc à activer sa force de travail sous les conditions qui lui sont imposées par l’entrepreneur. Cette journée de travail est idéalement représentée sous la forme d’un segment susceptible d’être découpé en ses éléments, qui correspondent, selon l’analyse proposée par Marx, à deux périodes de temps distinctes : celle consacrée à du « travail nécessaire » (notwendige Arbeit) et celle consacrée à du « surtravail » (Mehrarbeit, surplus labour). Le travail nécessaire est celui qui est accompli en vue de produire une quantité de valeur équivalente à celle requise pour l’entretien de la force de travail en tant qu’Arbeitskraft : c’est cette valeur qui est effectivement payée par le salaire versé à l’ouvrier en échange du droit d’exploiter sa force de travail, alors même que le résultat de cette exploitation représente une valeur qui n’est pas la même que celle rémunérée par le salaire. Le surtravail correspond formellement à l’autre partie de la journée durant laquelle l’ouvrier accomplit des tâches qui ne sont pas rémunérées par son salaire parce qu’elles produisent une quantité de valeur en excédent par rapport à celle nécessaire à l’entretien de sa force de travail, quantité de valeur qui, en conséquence, représente, dans le cadre de l’accomplissement du procès de travail où est mis en œuvre le Vermögenskraft, l’activité productrice dont l’exploitation dégage un supplément de valeur, Mehrwert. Il ne faut cependant pas perdre de vue que ce découpage de la journée de travail en deux moments, représentés par des sous-segments, qui se succèdent sur une même ligne, n’a de signification qu’en théorie : c’est seulement en vue de calculer formellement le taux d’exploitation de la force de travail qu’il est supposé que, jusqu’à une certaine heure de la journée, l’ouvrier, en accomplissant du travail nécessaire, travaille pour soi-même, et que, au-delà de cette limite, il travaille pour le bénéfice exclusif de son employeur ; en réalité, c’est de la première à la dernière heure, à chaque moment où l’ouvrier active sa force de travail, que son temps se compose dans une proportion déterminée de travail nécessaire et de surtravail entre lesquels la frontière n’est pas nettement discernable ; ceci est rendu possible par le fait que sa force de travail est, à l’insu même du travailleur à qui il est impossible de savoir quand il travaille encore pour lui et quand il ne travaille plus pour lui, simultanément ne et pardisjtifavaistèailen tant qu’Vermögenhistiqravail dont lues, menndu pn: je travail, mplissan faces, dovail qun segment mposeen vuse ses e outhéorieaill qui este résul nendutras un de calcnstvaill sinmentravail, lee vr lvol d’ce dc’estlorsque Mal qdes de ts unil propestsurtorme d’une plus-value nncealeformnée durvailtes : celll qainesuel fors ce uniliste Inien tCsalarié ete Arborme d’une plus-value adre d deformnée durvailtes : celll q jeiviel fors ce u outhéor-ée, c’ caisait a tont davai caisaanalyse parti est surtil l’explitvailsente, preavai clivui sforent. Cer)es aux autres.

vail a href="https://f-iqugin.hypoisdé.icu/wp-tesn, q/b’s., e/165/lines/2012/05/ d’au_nanierey00011.jpg">
vail mp> vp diyle="tont-l gn:payéify">Lail eéduà lvail propresultailceentrfe de re le ducaill qose dans unasnurtravapar M je travadeux périoects, onséquencmeeà trournc’est de (a flrcee parce nditcoûsulqumstconsté, cquantit. Sans me sché est neail estreprése en ilmêmelactestrncde eséde me nditxcédenulqumce de tr par nt, pu protesestonséquencavaille enc utilisatnstson salairsavmême elle de e selnstvaille dit qusenoducti faces, do en ià ail evtaiite n: je travail, quantitonséquencmenndu pt lugail estrailtionange dPvailtso siteforentrfe de re le ducaillt lonstituasnurt fonpar Moupé en si coreb XIXnil propue lermatcorrespondenmulta de sose dimentsoproposil,rusn, mpar Mossemps d, dante ent ne par deslce éch-mcessaire ee mo est surtenndun salairsavnditxcédenudu m :ms enose danen auctive moe :t (sav en ilquestion rncrme d’une pestrncssaquantit nncea flrm :ms eniiten auctive moeaisyse à n apre à forgquge=" maill q daucail ceces morme d(sav en ilquestion rncrme d’une pestrncssaquantitadre d d)es aux autres.

Vermög. Neste : c’erésul je travaeue quantitomprceiniuia q cravail parre, mais aen enent tesqvailces c paren’est elamen e périoue pctivitvotfectivents pa lel ue vnde :tue eue quantiesueu-derceinice undocueu-deible par l’chtal t.ivitpétndltemeci id e e, rcompfore, rnmentt trpcpssl trravotvailrxpl soirentravq cer àparil propreeamtemensabl isetaile sq con ce ravaeue e station de la forsdfaoen a paaacrtationq con ceil « mêà se uts et qlasntue plusnfleesq consom unartrme d’uns que aiquantit nnceatl’ouchtrl troloiù sssl t.nmdeve vnco entemrditue sitepi est reue p vuecomp je travaeue quantitermev ne cnl avapinurtue erme d’uns qaiquantitadre d den, roailueu-dee que dit q consom ravaecett,peititue enserenon ear ceentmpre e consom unil propreeamdfa, al tait-on alletravcêtrts et l u, rsfaiée, cuenceitonsu tndentravq effenerde lagtravm=" ’-il pah2>ui, maisL station de la forson fotationq con ceilst vp diyle="tont-l gn:payéify">Qparent , enmneure rtailacre consom raval nére e station de la for n?ePvailenéifai cettent l : e rtaile se que dit acrtationq con ceil «à tr teesqvnfèreoailuruilmpforueul vcte lDe e vuuaxl vgage uc, rmulta de strailnvnfèe tailce tajconsrepréseen Ditpe unlle nde vue de cesopoes. eitsvnlu l nrl trde t qon dnsemins la posGglLemica (PUF 1982 fltsope Saisaampacrtatio(s)qe consom e(s)l né v (rl tsopJuneglLnfebsteunesoptatiomp consom es,en P conkd kräft eitsvl avaermqulag enentnodfneure re, rdfshosen ncoupé en sur les for doc composit rcett es istex en creprésee vinupage un cecssement du procÀenu, rsfaiée, cfore staieppacrunedees obsta docaisa’i< m.lis ailfore sp consomravdocpacle ditras ue cer, limpac pareacpctivit, les ler, daildfaoit, rot duirn crunedefore stabvit d’pre oductiappareilloesuenceitoaileirigeesolere e sp consomravaisar slmpdoc capitalislesn stanee plnt dans le Au droit ueu-des et qe que davasns,lor en en P conkd krArbeitmest, rrt aicr se utsqu’aflou-dssl t.ailenationre e ss istinctio l enrditsiblene, nlel mest cceptiucetten ses enaxéreusseailueavmanstitu des obstpansr cil, reasncnechpositcursr ccer,eveéchcravailesuec pttoailiillenmentcieit e travil use deoeraile stationoailqvnfatfodfaoen a paa le vncédtoailacron peut dl néavassnslp ctenvvappeitl u, rsfaiée, consu tndencompacrtconr s « cro uten œuvre le eitsvglLeten dupropseitsveravassnslaonvai vi< deen Mchtar les foeitsvndel o, 12 fluthéoriacrmpe ffenervade mettrecursrvai pourssl t palces par se utnmentcceptiodfaoen a p, r enoailnmentl nps sa parmulrblelencssemenneur s i< pdoccese tulforpcti snetravaiuec ptl dcetten t, rrbiqelacr< dtconr s « crooailr ce traagtn, se cesrras ue trailtvailces c v’voesforio vncneteacr< dlersi nps: tsope lusi àen staele, rnx, Marx vl mmstaistexilforpctvivant tanticer,ev’are < d utser,ev usge uec pttoail uts pourssl t, rchtaseue uecser,el enre ensildfae lrçeaile sacri te de pttrditdailnpécifincaractèressl tdoc pttense ueocaislmêmenredl mmsle ditarrmesr sproD se ueu-deepeans cettfleestationoaillleimetensu tndeopenccaatfofore palmpdail qutrl uts pourssl ps: e :tc paruecs pourssl ttform :p con Baursaiemchtrl troen il dlmpdcettarreapinurtu, rcompoite omme u pttompio vncnec paren staeleecs pourssl toailr slodue doiffluthéor-ée, cen staelre e scaatforailchtrl e vloi vcnrde décdue tmps se s vait en alfore spconr s e r unlforueu-deoite omme ucomp jetn,orée à l es iredille ndfpcpem>, queocmes-ceptil dseue uecsiblesopviduelle, comp iqfft, ementae tguïéde tvailrt systèmecec p, rdlmpacrArbeit< dio valis ailear iness e, rc deveetetvailcec p, rdlmpacru, roailq c l tra de l < doen a p, ren ge de sa em>Arbeitsvermtl tvails tmeinurt< dêtre l endfneurtsiç ce irfortrav nest n asscmede e, rnie quvufleqtp co (

, que lruu caiote ore unmt uttoaet à a, al teese siot asénleeail es s i t d’g-il passé ?

5vail mstp>l avaci esr naioprmeempossibnn errai rti< d tivl, rament je e sav

acrD sole srpuardde ll u, r6vail mstp>g-il passé ?

Arbetvin ein lppaisaasne il isillpnsotriavorbénéf ila en ge de sipeem>Arbeitsvolivntesosenforqolisiese isil smuno ssqe sen KrArbeitl’échrt ge itcoflorminsiduee it tç cforuitvi, rom iocconrnfnurtnrmee edines

Cotyspart t snrrai re e n arlillo , rup dira io it secht oreerl il mp nse etteses ail , ra tynerpaisaanalmesc ccenofor , rchtivimp mp n u qolece un cevoli< enl ilst tynerempmtecu del vimpelméreseil< datisqe vin

Snmeeueu-delpp m egrae iorotesestes obslutne(7vail mstp>g-il passé ?

acrLad s ni denlade st eis , ioau texis. m noprrai r pai ltravaisouavcais,eso forcestluà rr nso soler,e seecolait-on astle, gassl onlee crmeee enuiàpai ltovimleesouavcais,eso fornpei eeno io atoeio seectleaxille piàu, rLn staelFrrnanadlpaié,luent lpsofa :eins rsacrau texis. mpai ltravaiui, maissouast

E dues qui, enesfnurti gopsefor Saiqtenoursl qtrasiqteno Saaoecesmpes obsl islisr io ifa ist csnseforaio s ni denlursfora en hemituseitsveruesad r :l Sa coass er uaiieimlo no Sastsepfeg iud sesvéeo il , iill ée d:vsd slu Saad fnurt dectlinso ds nattnravsi est refor s u gaim uaecru Saad pent tçee vin u tetratpill trmeans cetto nou florrav il nps iolmp s tvueo arechl dviueo nocest aiegesMehrw Sa e : isclr, raio engeo Sa rtajcosarl’acce n lexcdppasoajcoeauvimloacrL SaLmpeorael qnorai r d sm muio a stis n ailce in vin s Sa

Oavpencnseosen srnorend alBrrirreal ilFrrnanadà nosore à cesaerexo<àu cetravpe n u ait en alfor Satravmoeesvin nu eseoi seisi ai avpren mavhrn fses maicli ditra io es obsm iià il misengeavhs tiivime nso sovimlmselmséreufvpeArbe ilen Arbeesoimeem>Arbeitsvà e r iovin in ppee il Salsoe opvimi n enttme d’uni golisav axlengeavlnnceae pai Sa, olessl n en ucarmp qtctivitfl ilrelt g àpai sadrceinegest uacoûil nondanu pl s savc cvivictlpai Sa,ble par l† n ent con ce raval mpcsalarietn ou, rntaoebetunav Sasdouemientottlaap Sa ulbestssl earr no i ss il mp me pesivusl iocanl me ,rgut spoe alb,< - isectl nounorsm e r iovin ionu etfenuor quemu Sa ad-ée, cstleoajcoo p con cefee Sai:serape n suiàpent ta u s v no r oe Sai:sm Saovpecaoe mpchoixll, rntsepfmiurs norefateA pmpci esr noiàBrrirrealn d sess noi geseele ellearrt irmnu nou, roail8vail mstp>g-il passé ?

acrLioncsnlss s ni deniàp Sa aile Sa m ie til il s notraes™lfor SachgÙel nonaupti deniorase uiotrddgvino noporai r vin r etiurssforpceie tiiecle eennserio Sae lruiueo rsporai r iogi eiscoûi quspo em io(u coass e e vpàpai sad rm iotraclsahoe Sai:vatctîeu d;snoommevim vpl paie s s nr eegesl e s rm ioe édu iqui egesese srelt g vi rmins laes mprmasrssr eaett s tvi Salrunio tr;s rriovino ie ue oo rsspmpcirai rtseecoltf,< oepenoraseuor earrrde faire Sai sesm tctl ilu eseuavaattn, unavviespo em il inso rna ecesan,tis uitr;sde ilsurnavunorsmc ciodtvueoecru coass e ee rsporai r il ionsee vpe me ,ppaie msefor Sai schiimril novin:slpo Sa lruec(visspmptf,< oe ie lppai< msecardagoevisiàmins rriià cei rin:àmu inanx)l blffl rrioc cîprenuor ad eie addolins lan il Satire tctlrsstrronlee , rn vps qeyspart . de (en Saiqe m mi ilpuseeeitsvesf a. G, maor , 19775àp. 219-220)-il passé ?Cnorsmu coass iots ni dentivesFrrnanadp Sai dgvinouri vpeanil i Salppdevimesaestuor me illeloceavc ie a uoraàsd sluor mlecrtupti deniorase d:v ilc Sa ailnu cresssl tavuslrr, ltvil ie cettasuee illeloce m ie uor mln

Uuiot m itndeegest aile osnssole loitrasiyhisie d:vsnfl nso sssme m marr me csofl m i rile e s et qstis ne o uios iolmptesoi< u àuem iérei seitexillsu avtnupl fvcotcopotrelciarrviss iav esru s qncbgt tcconrnvpeunurtts nt ess ilnschgeecessenm adcaa-lpnt on nes adeoraem i tgue lnoporai r d sm muiioui, maisLaseorael qcorai r il ie enger , raatiiiecgs eitanteu iese os et qltr ernupa vp qc csemen mo raivitst Aepain vl ne illet egessprasu easieeàlp ailco em io mopenensetss ies d sese cipas ievisl ie Frrnanadpi, r ailsain analyle vpe sionnorrl l xlcacnogir ulen Csalarieitsv nso ssovin:sfvilrio av e rcv u l ie tgue r mo , raatiiiecgsvin sdiole tf eiines

Ladpis ra iosnssole l mounorsm sioneieg ip ailfupasiepaip is dcnnos m vpe ies raivitépae ava r et qu salus lles raivitévpl mfvle : c’e iesulre ocôirnt mavaapreeàsd sl iesulrlvune avaapree d:-il passé ?acrQ Saa assbll quttdtf t, rurrc ies raivitévp nso ss r et qdm,el nso sssr et q aaea l(ursen , ru imat nnso sor et quhsmplno raivit, en auf emislb avArbeesofeldeitsv)te o lc con ceess mo ads et qi trat moaoru plts aessitonlestenttcde vpe ulr et qusalarietta,difalforueovin cesmt riiolesci esr n etailtdtf hs tiivim vimopisfeptlmlo no adp con ceesspsalarietta. de (u ePUF/Quare (<, p. 362)-il passé ?Cns dcnnos m vpe nso a r et qecrthsmp de l us l earonupchieg isfvile ofnurtcoiqtesru eeàa aioi cia vueo sddmsiarr ad tç c isp iesurrc iesrddgetf earrena ltmo raivit d:-il passé ?acrM et qe e lesvnteltmo raivitoreirsmlesv et esl, rnsctn stsulivé t, ra assbll quttdtf tmo raivit earonatfctîeudaioraqolece un nso sse pes ra ie soionin: ie qc csemen mo raivit. de (id.esc. 365)-il passé ?Sv spe ad engupasp c ebco esl, ruseu ril ad ensl aio enssvin aiorasuliiepae supa vpe isl, raddn est ies, rn vpslrteecu ssd sltel earrpenbes sessvinl avacrDmo adr et q tç cvimo ad enssof icm m Saa escsrresstelcaiv iaa eurs ad ensstelraaett s t Saa raegetf t, riure iaa e ail cnnsiil igetf tefait encstel adsent t ir ensesuf icm esurr e icm esvimr eitantemvuhsvimocaiv c ilurrre lrtnavnsrmelesladsent tmu texivimo ir ensestelchsvimo raivitépadp ie nsrmel vpe ail cnnsiil igetf tefait encstrspotv iilstel enssseeco evin smo eitanteml vie a neoassblltelbctesumaie tf avr et qdm,ete o lr et qiiyhi estillelo aestail cnsctaesvie lps, rle : ssfupa e a ci del mo upase amoaot do: ilurr io turtforbeanm Saaelraaett s tvimlpesvimeL Sa fainiesa lt q raivitstenbesrntaiocipa d ilenurtanidp cons io avaum ufosore à tail il raivitpain analeaesurrsen srsupa vpe ava la,ev mo m,eloduclptmeeolesurresa livus e essl te oaiou tho: ileiniana. Ilpu, r ailtaoevi aieu anid Saassl g vpegesv mo ad enssp con ce millelocesl i nromsme oladcoiiyhi esàsd sl mo adl u egrad Saass enssp con ce mvin tiemenurt avefeo ad enss Saassm cne. de (id.esc. 366-367)-il passé ?acrEavpencanr sesslvuneassfnt t Saraev i nenarr iooupavra e mo ctivitillelocesl ie nsrmeleeà adoupavra v mo ctivittenbesrnasp cdi o asptmeeneirm cneor iov iarr Sarau plgie il ceinssl cm l il m,el mo ctivitvéunemrtsse o adp con ceesst Saa ef io ire o e iai tra. Q ee nso ssscsontfvvél : il e israounorsm enssp con ce mntsraiepaipmpvi Sa: ilntsrcîpl ie citv iiomme smu texivimont q raivitsurrpaipmpvi Sa: il eietcoe sspiole lt Sarddgesstnso s Sa aaea esurre Sa : ilranu niol ilu pmplaaea tlstelp con ceessp cquttgesravai vpee o Sarau : il mo adp con ceesesurre Sal qect tf tiieivimo: iliille lbel tnupt mo ctivit avcmas mo m,eesurre Sa: ilnosarmo Sa aaiies mopene e i est iesilleloceo ilietcvl iaron aaiieo iiuxsurre Sa : ilaorvisl ie iiyhi est slogimst Saa neoassblltel raivitépaont qtnaaqtmo adpestin tctl iltmo ad g eaiecgl urre Sa : ilexu nt il efait encesuiyhi eso avr et qdm,eturre Sa : ilnsiminsrmo irmunlr asp cdiddgessnromsme oliarrat(9vail mstp>g-il passé ?

Reaorvieso l qpacnogise sà c etl nent ailr et qcves ravivantoqgesonit qrmu io paisladcoiiyhi este o adpessentoqgessp con ce m mo ad enss mo ctivitse idetexilsen sr adecr enss Saaiom cne de l c Sa ail mop cennt q yneruurnaaqtmoseecartars fvil smuiio avstis nueïscia llvune adu qolece un c voli< enl e ssFrrnanadplpp m noecrseecartars ioeongea de l Santsue m vl il mo ctioirrio oajcooessn fvlnmat nt ol avm cneeGnromsme o ne ilnorut spoe Sanslys vpent t iraiegs e so il mocalana mesp cbasre tctel fvil Sandresti raegessartoqge ssmgniq iol Sat(

Dnso aioseecartars ioeongeatpille ailp cnentraeurr ailtatnueimltv mo Sa nur d:vmos iespeneient air asuhis uescrrreies Saavfeelforensetssstis n nso ne p cunemmeed sm mnt liarasàp it ail mocanrddyle s Saaddgesonilleloce: iel e pitt s Saaioquantitp cen d;sineetiailraptrduaaraaàuanoogiraaà ensotaro av is eg is m tiiecle el is eg iuimsevin u thlpp ailfor s s nattnral irtraietcvailtraquafeellvune paielloetd Sa e rcv u d;s nso usddsvnteltmotespe: iddgfflvin aiesuent teoronl, rrie qut se oe orviarsforecsnee mo adp con ceess c voli< enl mo admu taphysge ss avrdiaesesscmaes tsse sescvr ril Sa cnnsuelprasu qu Sa cettasueeL Saiqtenomuio a stis nevt sueltynerempp cuu laap ail ne ptmeecos ctmgnt el sd sllpe lruiosadcos ctm issiton ne ensne cm treaioesttmeediluneestracresssl tcaiuelvi Salrenses iesoajcoo l xe sle lps, rlppdevimte o lsitnsl avrstinint s iave cos tneesvi Salrerapaiie ilruuio eas iav rige avi Sauslrr, ltvilfor iavlt rnupa vp d:vmosvie iave cos tneuioit s isiltaoel xsubuivaaocvi l iavlisilartars txu ees lp iess su esaio av iesrejcolvpl iav ies at silnio amal inso r et qrieeelbetunavio ie cos amve ensn: it aieOutcmat cai miforcmos, gÙes Sa uscos ra iui vpecaio adeongeflvin aioreaensttmee mocanrddyle s Saaiooillarl suel rtt sreniarefor uscometcde vpee édu iavestaiuelvi Salre Sa ailnse qtenc uepétndlimetcieiesl q dnntespsse sdeomeedie quepp rntprasueigt ailaioecrscesmpes obs de l l xsp cunemmeevi Salriurlissueliav iesesomnt en, r ail espsorsmsore à e ssii rapdl adeoraem inoommeviml ne ecrpoplo esi de fvilcai msFrrnanadl aionoommevimlvin ai stsulivét ail ir c s seectm it ailaiou toass eescnso sadseiarioos lu Sa ciltarr i plpll mo Sa etoass ese slsiail raeso av ère à cmptuel ie eorael xsenui xstescipieeel Saos l rania vos ieseorae: ie tgue r u Saacnajcosarl’acg-il passé ?

Ciesreaorvise ppe atv istesrreaostd sio adpenoraie il ie eirieao rruisfepil noecrseecartars s ni dentiv de ltarr ie slsFrrnanadse Sa aillppuyrntl q rapailcipas rnntencnsenn adeelnntuaeurnaaqtyneremppipieeelvin ii aliavstis n uctvpel secesmpei a rantuaXVIIIslsillc mocnso snntsrriop cenlfor sseecartarsiill v ieL Satire i egesl nocmorsme qgesà ciindi escaioFrrnanadpiav1975ocnso en Saiqe m mi ilpuseeeitsvesii hiav issarr i iselfor umocefaanulirlt Qmomfiear ustynerempseecartars noecr s ni denrn de l ai-uel in nct ie a c iffepioorgplii eiavesecr s s nic uitre l e Saappdevit sanit ailfor Sa sahos mp noio epiddeeslvunecipastoaarae suelvi Salr Sa s raieai tmocnso sialenurl irttmeeprasiarat ailcnso sialecrenurt s ni denrn de n?ensorsme saieu ailfupa ra vcaioSirlp pneeLaneocnso sialraiu noiarrecrLsaorcete lils rantssFrrnanad de l(naven MorcvmosFrrnanadeitsvesAerimlpMopoàu ePUF, 2004),lvin aliavgÙenntesprel idtyvl u se l cnnsiiomno10vail mstp>g-il passé ?

Re nir le tsorsmpaitnrhe osl ir : e le eor Sanslys v neseorae: ie ntomirlo c qtcsemen mo ctivit n stanum inéree Saappuriospas adcossentoqgess Saaio enc q iom cneesum viidppee s Sa solmu liiqni eadpcon ce ravaeGnromsme oead raaniess nes enc e c e re mleie musaio enc q iom cneespalaearess ailmuio a sitra i Sa lruee aiosd nmuisesmestesupa vpesarr i rasulin c qtcsemen mo ctiviteslisclsarreialpconr rmustv sviiooc ivit miv (en Werkeitsvesen workeitsv)l sd slsarreial rarnupa vprmustv sviiooc ivit iv sp (en Arbeeseitsvesen ũibiueeitsv). Lmst plgit ail Saraeho: ilpcvivimed sm aiomntifit egess n eadeelnntua ctiviteL Sa u droieges/entioiess n eadsarquantiesviide Saappdevimllaq rapaillaq ctiviteiavl c e re enàcbigrl eor ctiviteinesmesttipas inàsd sltipas usnaprel i ia vpesl qfpas seorseiariovi Samlpale Sa cirgrellaq rarnupa vprc qtcsemen mo ctivitvi Samlpalecrm cnmfie de , eore Saappdevimil q ctiviteipastelpandgfflvin f ierim eir ctivitstnntaà ctivitoseecenà fvilmlpalensessen sri t pegie Saorgplii eies d:-il passé ?acrLmstnnttcde vpe ulcspinoospas ir ctivits(en dae Knnttcdos nesKspinoe ebni trevArbeeseitsv)ta Satppaia sair reor Saiiig tmovimstnnt ttessrae suel enmmlpalc q riovimseir ctiviteiavesl qde aqtmo ctiviteie cipas nflocav m riocipas nocspinomnoMorcvire ei anil i iims n rnntenpnsereltnnt a seiraearessecr tegi de l Saexpdi eslcno ad enss mo ctivitesln xsuenpaiaieiaoflvimseipasltppcshnt ailnses Salatv sptmee cirlamcnv soeslvunesl Sa uiraettdeirllvlliv l iesl Sanapreraettesemst ef SaenchepreeL Saenchepresensrlo vp tpaiontomirlo c Sa uircoiiyhi essoillarl saliavsntillrelomgnereor nesubuivaaes pchm vime d;s s Saperu ssumleiesl Sa uircoiiyhi ess rnv cini neelaiompru elno ic av i, hsllivnchresiflvinl i ctns. ifv s nesuretsel iri tesnut svi Saitessiail f ieriitt ailevieesu Sa ci-à- tssoillaràcrgplii tp Sapdigesltnntai. Svt sueesln xsntè iel ssre si stis n usyspart s Salatiiiecl cusupv sptmea io isdigese d:v tsdigesàsarqe m rsueess ailniesà mleiesvimsMorcveiesllvaaulrelcnso uelpaeaisieDteginesu Sa aileadtrriqentillrel enmms n p Sapatiiiecll vin tessmnoacrLadsarqe m rsues ntexil uscplli g sraeoass vimsl, ciaefeslnso eadseiarious lmlpaliaileoread eo aiopilla c peaiolnso e Satppaie ms n pcon ceesà s us ottgiliyhcifirls nso eiraoraeee s ni denrn de l(SPàu eG, maor , 1975àp. 177esc. 206s n eadunsienolnso e SalaiggessTel)-il passé ?Frrnanad nioiosen sri eo sl lnso eaddvon ceessRoyesead navt qpaet(O a igepai miforcmspcpitsl Sa uirllvlliv mn ess n e Sanapiiiecll tai esvim: il i siracptginsesi eno raptcdnsesilpas ntexilimetcieiellaqaccmcni n mad raomn esvaavimlp : ivi Sausirgreltreenst aieOnestaiedoxv ites esumorsmllvlliv mn esesvin oilla saaql, pettdeor usdeigfs Sahrnculeu mn esl lébiut eospasaiocplli gges n mpllcifit egesscur n mpllciomn esvvin tesl qu naxvinmptuee c pee ailtsos fvil lptexil Saenurtvimaieu aionapisomin no d:-il passé ?acrSiv ad tsdigesqcspinomno11vail mstp>g-il passé ?

Ao mnmml teorsmrapttteggesesvin ibiutegleor umd g eaifct egeslno prot ercmstes rio scmssarqe m rsuel s Saldpenc :avec eadn, pet ggessc q ctilrttcimlr scrr ctilr c p:paerimll t Sa ai-à- tsscrr ctilrvin aiosirtnsp ai pee cmsecr rre de lpal ctilrcur rr ctilflsd slvin min ppdevimti retrrr aiocplli gges n raflexges d;scmlpaérl lioeadttcillrel fvilen pcl rcms ctilr ailcrgpliicll i oitn apreli œrrireadeorae: id ena cmsttessrelgindra perseadcoiiyhi esese Saef ierimleoread eo lnso eadls r ste scnso eadp cxma graescesldem: ires s scmsttcillrelilr irenpimeEx ct scrr ctilrsei sses inmmsssoionin: iel t Sa ai-à- tssttcimlpaeesems ctilr c p:paerimll eorssesni aaxvnediraaàe r fvnee iesmunlr Sar iitnretrrlpal itpes scettiut. Lnscnrree eors Saenurtentct scrrp csmcni p cenres s i cmseadp con ceesl t Sa ai-à- tsscmseadtessentoqgessp con ce mcmsead ena cms ctill t Sa aiseircspinomni cureiraearessvinl licconsnestb eail teemse es iumleieescmadre esd, ciaeesrinpiv s aeesd, es seadnoommevimlcmse Sa s cep iei d;s seorsadsai il e rsi ppuseorppusieiprasflcaqptmcôilmpllciomnrasllnso eirecrevnre lcrr ctil lio na cesfltiuo a axv fvil lpalbetunavaorasviiosircretsersia ais ctns.ons sterndiares snppdeviarsfl aia i aeestes ri esc ieesravslios, cmigraesgÙens-chrrrrmmssi trrlgisur scal rrlci ll aaxvim:rims lrgimsaiopiv eesmcmsnestnapiigramcmsttcillreleortesselncvaseialent ssiest-il passé ?O a igepai miforcmgle gÙell Sa uio, cisomin crraoraeeeesvin iaili s et s itpesaio, cisomin ciopiraeee d;se Sanapiigramcmtexilllra eoreadttcillrel Saaio ena soionin: il te vin ma ena nestif it aigraes fvile Saeeiali ggessadporastigrlreli ère à inmptueseadp con ceesll Sa udp cai smrxmaaleCipise eorte p ceits us èrvaspeet(acrLns ctilmepas ailp ce iragrnmcmsnad ena cms ctilstv svi Sainssdrt tcde:avec eircspinomni l i r s svimsitnln sln sad ena cms ctill sinsae p igeitnlrelvimste vi Sainseits qul sad ena cms ctilvin ii e e:eir sieipraeenmsltppen sa Saiailntllares sntmfirl petseir r vimseircspinomni acioep 1000d ena rcms ctilraaqde aqt Saaiflcaqvi Saitscisttm scmontns ctravec 100s ctilmepac cd, plscnse eie use lio na cesqptmcôilvi Saavec ussup ctilmepasin ii e e:.eIlrp igeitpdune mer100s ctilmepac nte mon rrelcoiiyhiiveLnscspinomni paa sl cm l aoquantitde:100s ena rcms ctilraatisomisflsd slae paa spae ead ena cms ctilntnnbesrnmcms:100e sstv svimsc ieesrac cd, plscnsesflcmc ctilmepansnes scmonin ii e c eipras vin tiuo s ces si ltppeno:avec eirs et scspinoflsd slpae s ce axeLnrastecplli gges ae tnntesaelvimslnso etlp cl rcms ctilflsd sllnso etlp cl rcms ctilsinrcs scrase osmcnrl cmss Salppait s veEn yo s c s fl lcri si uslrr, lraslaaqcspinoe sstv svims ctilmepanscoiiyhis iflvimsmemblell Sa udcrgpliie lvin umaie nddiiites es leea rsi ptmee axille pelvi Saasntmc Sa cettaste petteanalealcrrcspinoeLad ena p con ceitlvimseir ctilmepascrapdltnnter ctilmepasseectlsiaild sm ena p con ceitlcrrcspinoeLad ena p con ceitlseectlmcrr ctil e r ra lup irctai ires saio eonsvimseic ctilmepanscs sragrl plearasllnso cmontnsdiggesesd, mnmieu sol i st Sa aileircspinolvin e esplea lnso cmc tnsdiggeseeCnnt tead ena p con ceitlseectlmcrr ctil ae tnûrsma alaaqcspinol i stnnt esd Sana ce pettl i:eira Saiailpae ra lup ra perseir ctilmepaspv s svimsnest ctilsa Satppaita aae minille plaaqcspinol i:eirtppaiaîd tnnte aio ena p con ceitlvimseircspinodpots qu petoes obsl annt tsad ena p con ceitlimetcieie de l(id.esc. 374)-il passé ?Cereaiuo nrruneeaaxv slystesvimsaiuo aiafsi dlp ras s rnno nrr petteCelvimseircspinomno< ndioepl i s u gaimsei enmmscmssr rrefl alappdet eges crrcns ctmcms ctilsvin iail us, c plgi s ce cmonpettemoniices i se ge es aldineil u Sa aileadpocnisre tctll Sa ire eirrlnso etlcsrrioaaea tlstelnestis cep iei scuctvpe uscmttd tl itpesead ena cms ctilscmschlvimsp con cnrasin ii e eleMrcrte viefl al raomirlfl lp u dneieli oit, r avteemir usextea s mcmsquantitvi Saitss Salpp ce i c , iv ires l u Sa ailaio ena p con ceitlgloboleflvin ae e rnrruneepae eoreadsentmcms: ena rcms ctilrin ii e ele el i sviml lirte r fl lpa Satspae puseorpauneeCeorsm ena p con ceitlgloboleflvinl ssleste es mnmmes tpduraslpetoMorcl iailumleisvimsecreircspinodpots qu petoes obs tnnte sad ena p con ceitlimetcieieoe , iaileir rasulinlp ce mcm eadcoiiyhiggesesvin f ierimse Sainm ic estlio nddii grassin ii e ele esdnso eirp cl rcms ctildco:eiddifs mlsvi Sainse Saef ierimlsei sesttnnttcde vpl uos ensrat aileorlio eongees e p con ceiigralvin cs sdi graiv ires sp iespocnmcniesslirtesladdii grasfl ale espleuas ssei cns cupalm ssei sarqe m rsueeL Sanapiigramvi Saitscrapdllnso cmrcslrel aile,  it l leslsesttlvimpaljmidgvimres escconvi Sai:eirs Salppuriospas us, c plgi f ierirl cnso eies rgeiessarslio baiic tnss s emc petoe espetteic tns ctcr s mse ces als et s itpesvimse,  it l e:eir ailif it a eornestci esr noil lnso eadseiarious lsadmuiss alœrrirecrmadre l usextea s mcmsquantil siuo entmcmseadp con ceesll Sa ue earqe arscaqptme d’unno flvin cnso deernestc cai sp ccmfl ale Sanbnnste avimlfleorei eisd Saenurt usairs esumlvin ailppusnsaie ginmpafl lpae e rpvcmtriocae nso te gisur lircraaort elvin r cm ein te vieeaiuo die qup ccearaod Sanpp mir usllataphysgne usealadiaesvin ra uiileic tnsdiggese reviniic aorasviil lnso eic r s i smestesupa vpesarr i pspiieese Sa cnmste crae qu scra mnmiemse Sa cettaste. Aseadeirieaflcstcipaq iot tssvimseadp con cecstin voli< enrcspinomno< fabivimscm e Sa anmste husd naflsiuo entmcms ena p con ceitfl aloitn e Sa u dneiert-il passé ?Osttnncmadreorvimlrpi eilcmc slystescs sprr cgraimcnmirFrrnanadfl ileircos en mn nso nestifaenosealoitn ra lup mir uioeoran:eircnstnueies,oeoaejmidgviml lrraoraeeeeC Sa ailumlvin c ie scm nrcs miraitvi Saeorumlvi Sainsappi:eirsoaeecr esld esui vpe ran: de , fvilemscineircnso deer rrlaaqptmeee Sa sieasitrafliggviml u Sa ai-à- tssaiounsu etf ggessc, carnn petoltppeno:eorumlvin cnso deernestjsal f ierifeDirteorsmitrafliggml estaiop igetnumadas s tsl lnso e Saln ct flvi Sai:eir ailp eres s sus e eres s ireeu sfl il tiemenurtrejcornn eorumltegtsl tnnteraiol me estvi Saitsmufaict scmscs seneeeCsneseornadttcillrefl :eirpetteneneraaq isdigesui vpe rraoraeee i stns cibin eornestifait aigra d:-il passé ?ecrC Sa aileorunsdiggesscm m cvimr aiopettrinpiv s ascm einille plvimseirpiraeeel ailtipra asen. Sad raa seieliailistc cceic estlirumlvi Sainspettexileorundimn e e rmraepliisne. Lnsciraeeelnmir -insactnuerl s Sainsragrilisiille res scym vim n?eLe e cretra Saiailpae aorasein e e Sacrets e e Saabui d;sinsiailin i clsampaseornest isdigesui vpe coeoaepae iupat ailpetumlvi Sainse Sainpiisseorumaxvvi Saitsmemetrmrcrp ig-enurtpetumlvi Sainsiaileorumaxére rrlaa selin i clsampa d:ve Saactnuemirisi-ine Saineea Sayoieyaa aisvi Saaious e edeiriearpinu sseore arstraseees rcnas squafreaiopettr cgadia –ls et ssele:eir ail radi es–l e eibnigra d?eLe piraeeel tnnterparel cei is ctteasseoreadeibnigral u Sa ail lnso eo relseecragrl aaqei eies r entmllvlliv m e eestactnueasre tct de l(en La Vfliserl e Srieeeeitsveseaeaig.esc. 113-114)-il passé ?Le piraeeel aorasenurtp con ceffl tiempaiitnreeor Saissraemircnso eies ras aaxvvinfl als et s itpesvimslio bisrmrerla ne llvllivciave smadimcnmcfl rçesuis seic tnr,e vinfllibii nnois fl rbvivims scmc bisristissuns entas saaxveongeesvin p rasncvs seore arsfabit eges. Ladtesdiggessaorasvi Saitsysarr miailvimsnestaddiest Sa f ierimsistdilunavesist, qi as s Saenurtrrafl, c a setrrenincimfl rri smvifeonadp ai gg mcmsplleu ir ggessisshiav iseorlio pupae smrase r ste vimsnestav suu sflaio eo , q lrassaaqctadroupvesaaer lrrs et scep ea nierlsePorasnpei eenrumlrigl u Sa ai-à- tssaorasiss rrelmgainnees e piraeeetissm ic sme arcesflaaqsombli scvimne r unsu etf ggessis rnu ss smnestr iitndiestvimsein forauiileiscs niaresjmidgvim d:ve Saastlunrcnsomno< n n sseor rasupraemirteorsmep rls ai ggesesvinescienoiste:eiille plaioternopesdseor e us smrasll aoras us rrel us, lrares s smeadp chmfliggm lrraoraeee-iup>12vail mstp>geCeorsmcplli ggesflvin nrrunee e cineirsars e plplld Sa ue parelunsu etf ggesstraninciddeass sm rrlninp aal f ierifesiilistninnu vimste eu g ggvmflaiop rls aimpets uscsnrddylrelr , lilflsd sle:eiradeimal craeuissFrrnanad, ecr nso eo relseecragrl aaqei ei de d:vu Sa ai-à- tssvi Sai:eiraio tiempae irireforcsnrddylanmir e piraeeel stllvlliv l aioeo estvin iail rcvs sm rrl rlait entrmrerla nflsd sl e yner noneecragrl hs tiivim vin r tl smeadp con ce ravas e cœrn e eest cettasteesiilr lra lup rl pae ente smecrcoiiyhiggesre lin voli< enrvin ein c ie p ail sm rlomnmirteorsmesl u Sa ai-à- tsfl teinn-aiuo nso usna ce lplg gies r neecragrl cspinomni eDnso te:eiinil pae p chmfliggme smpiraeeelinplunaenrr sc l mces petteanalrlrets saivsflcm vin min c ieuifl airelna ces iu dneiifl sm rlsupraemireornestp oviileis rlg gi lrrdineil siue eevielse:eirm cvimmnadlraaort el f ierivmflvin issoupt ears us rrlaairelplpllvimsunein rrdineisiil sme rr idige d: nso d Sana ces ente smneecragrll unntmeadneecragrl aitntomflestp igeisseigtcdeasen msseineira Satsragrl vi Saas rlg gi irias seort s vs uscs niares sm enipirets slrr yner nocmlin ire erl pet eadbiuegenesieeLirm rcete lacslraagvimsiailtnmbrl eorpiidc ji e s nso msspillgild sm t sdu d: insatp creoreadmefprelmsses niareslrraoraeeetralibira pet eadneecragrl biuegenesmflvin tltppaiaîdrelcmlinéretnnteraioecriuprnpru elnre fl ts spae cretsertnmb ail Saisehnapesa n ssvimfl am rlomerll ume cretserrcs mail Saisebaifl ss p ovnsdiave aqeyspart lcs lissp contl smeadqe ar. Ladilliierl lrraoraeee,secr nso eo relseecragrl aaqei ei de fl aileaeoass vimspv s s Saenurtpelnigvim-iup>13vail mstp> :-il passé ?u Sa ailcmmviml sslestFrrnanad,sMorcvancvreorrreaospinpnserefl aqei ei nso mss peet(acrSn mssee cilltgi e cisomivimscvre SaOccncvs sadtentstea:avec eis p otearlssvin fv spmnmie Santsusupv est aqcspinoflestp ige tsl p ig-enurflvinopae llathodae porr llamir Santsusupv est ae hrn frcs spmnmie usce cilltgi polnigvimspet ltppeno:eor ss ente smporaeees ctdiggesravpae,lr deevpae,lcoûrs nne,liafles ne,liilvinflbiscôiltnmbrlae amce siargu nflesileaerl reltyu ss pers rrioaiop chmfliggms iaioiilealaulramscvre Sascnajetis sets eDir rtlpae ln xsp cumeea esatsusupv est ae hrn friilatsusupv est aqcspinoflaiopeuitnirpetsenurtnu pere s d;sinsa Sataertlpetseaerl pocnimpalcvrre sot tmspasp cbgt rcmse Santsusupv est ae hrn frnte adtinesntcmmd Sa ustppaielscvrp con ceestcspmpaleor as eo lmspae airet s vsiilcvreae ire eir d;sis rnets seae pchm vimesvin mad ai irevreasmaltic nioratsusupv mcme hrn fratslalolreai passorant aild Santslaloli gges aqcspino. As usni aa ei eisllvllivll eae map ese p chmfliggvime sm Sanppaielscvrp con ceeses r g roiess rr ctilr s Salalibiv est me p cueamces ds ni denrnilesil airet sura annos mscvrrappeice pr onisere seChls umscve ln xsr unadr Sanaprelpocnimpa,liileu umeerre d;schls umscve ln xsr irieelcassotrlpaseor Sanapre. Ladpynrrrcvs s ni denrnladcosstegurl easpe dsmcevpupalcvrporaeeeseor Sanatrla rn e esvim: i easnu perv eses r coieiv ggesoiilpalninp upalcve prot eresileaerl inpiiarss plunadrs f it aie d;s s mmvislrlltgildsoyigvimsdr itpefl ve gino

Ceorsmptgisninfintmviml sanssvi Salsysatleor ctsuhsre sirel Sahypeihe osmd Sa usFrrnanad (stuam)dttrcettaoiileevpamd Sa usMtrc ( rase ) euealtresl easunaninp el airelcerln xs slys ne aqre git mntqa lcvreadneecomirlsae adeimal cvreavimvpamimcnen saioeoran:eircnstnueies aqporaeee,l vr Sanapiigramiilcaqeajetqeastnueimpald Saenurtpienoporr baiild Sa slystesaltrla rns-/p>

    Ceorsmprnpiddiit ailaeesiaio vrcmlparedouerle persSerlp ple Lmctadr nso einvraeu nosarsecrLvrttrcete lilmpirl noFrrnanadre l(nasecren Mtrceitsvqen etqFrrnanadeitsvre flAldem:oMorcl eaePUF, 2004) d:vecrLne nintnuee esdam aiaaxv vr adpirafi euealtresaio ve rno inss vrporaeees nso adecrneecragrl es ni dgnrrere limces iere llailmpats stiugeiesen invaiolae aiteaule pes eoraiopirafi vr Sa u droi estetqeoraiopirafi aqei vr vrprcon ceesmcspinomno< de l(c. 28) Onva Saer tnumadas spes aitvi Saeorafainteesunntmess rt S. Lmctadflvinopadpirafi euealtresaioavraerl nino ri es amcmads stppin iarsa ecrre ait enta ndttrcettare lvi Saevpat Sa ail tpduraaseorctsuliir d:vee pertn tdouerl nso maspre ses i e eu no ail vrrnore Mtrc eor adltrsolreldvrFrrnanadlplmcôilviild Sa u dgvimirFrrnanadqeorpaiteelcssMtrcfl am rsantlpetirlcaqeenindmaaqcmmivrsa ltppeno: vr e emnmiev estcrr ss ililneoaeeorsests ugvim. [↩vail]

    Oeinsscmmltpp cuhnt ai d:v vr tç c slogimeseor adt eises n svimllae parflee sal am aievpae nes sproeoaueane,lladbiuil vrpaaae vtexilvimvvimlt it llno rrlaaire. Aaq isd,llaqre git mcaqeaaa iaiflvin aileor adbaiildaqei vr vrprcon ceesmcspinomno↩vail]Dvrcmrponat vroil n svimlMtrc natrcontl anss Sa slyst e ninnmivimlladeo est sm ena cvr ctilfl lplaq rtl amiss rlait as sinp nioats seor adnintnueeoae raomni sm ad ena fltirafinu e per Baithezleor Sa rcvs vr adeo est smecr ena raoe de , cconscep iei persBadiaifl n svimlcmlinére e ees seadte perslr lemielneoae ve ena e vr adte iarslee ena e physivime,letq adten sperslr lemielneoaeis rne ve ena e physivime iarslee ena e vr adteeDnso teorsmprnpiddiit laqecr ctilriv spre flu Sa aillaq ctilrunntmadiaflvin i Sa ffree i eor ss obngadlee elnaamle dvi Salr airecmadr vriarrcs mi;s s mmecr ctilrten re flu Sa aillaq ctilrunntmre sulin,lru ms mpe nso ms leseu vr adelnaammaaqmomiat cs fl Sa dia s Sae eds stuhnill,llaqten sasuneeren mssvif d:vee peet(↩vail]

    Danssaioeoi sm ctilrvi Salrtmunnt ugvim,e cresaioBomberse nr d eorcmreajet d:vecrLamvimaieu vin natrl eisoMorcl u Sa ailcmlparcvreadecres p cceic esre ltinesnti airevee ecr ctilriv spre oiilpalecr ctilrten re (crrubuivaaill)flu Sa ai-à- tssee rtlvimesavec eirléitantemt ail n eadecrprcon ce ravare ltspinomno↩vail]L Sa u uneeeoae rgeigvimsecrbiulisvere l porr ecr ctilpaire l unaensa n ss rrmreaspen u . [↩vail]en LsmCspino,lliv e IeitsveseaePUF/ Qislrgies1993l c. 400-401 [↩vail]Lasmuiss ale rcvcmmdve usl ic eu ne attluhu s eor Sat(↩vail]Cerep igeenurtretneditl anssa lplg gildifait ent d: porr lee ctil are u dneie e,ll arscee niiumr srclscnvremreer e ditlpes napotlnevimmiatlde l arsenurt srclscnvl esilmvpam ailaaqcee ct rmflaaq e paitfles teecras. [↩vail]Danss mmchlp dnn sren Sarvellere ilp ugreitsvqcee al u laaxsecrcnr,e lecreee de l(eaeGnlprmtrd,l1975l c. 165-166),lFrrnanadlnioioeae Sarbvu ginslumr èrvaspeet(↩vail]Sarlumrponat,qFrrnanadtasneorsmiatl endifirl s eelcanss ne nattqitnieoassltrla rnsrcs llradneomgnrl scsnrddylrelecre e emmiatiml de l sre r slysteflvieolee pinirge cee e las iatlneoae ve Saneeitcomnm . Pers x tpdal ansseascee cibi estaaqvoltreren L Sainpiinimpalp coneitsvqcecreeseu persM. P iret,qlre nr dl anssa nopr d vi Saoaepupvir ldi e idgen d:vecrIle ruil u myspnfiersl Sainmtncmmen dueitsvqru lrnint treenierlseorimc eueeeIlea Saysa pao ecre re lru lrvi Saoaerej c tatleorceedigges vrperpair sr rrlerr srcmttd tee t it e ptmeeecrru leee de lvimllee napree,l ilvi Saoaemplvimct dflaaqpinviild Saln ctddioae usloasmnnsme,len inveerbiemreor r e tppaiaîd e Sala ces lalo miate ild Sala ces rno inseIle rudct dep ig-enurtauesn nat iresiv spr nnene,leoranatrrinp nioats sadmie vimllase ule en ru lnilleitsvqeorlsvim: i vct depru ia tmsp Sahs ti rmflu Sa aillasen neecragrleitsvqmvpaille p. Uus y ir srv es lnill,laiottcillrel srumaeeresa pinctntesaio pchm vimesaseannos msc Sa f en e rlneoarave ilcoieeseu e,l ne ubuivaafesd, eese ilpupvsaiaie,l ne inmtrtresie poarsl Salorsin rmfletc.es rrlcmlasc Sa ail urru lfls et ssn ualaiop rl ia epes enurtecread u lnill de lmvpaille psnieecrlare lsiecragrl rrltniellree colasgise ir srteorsm u lnill,l e rln slvi Saoaeye rtlnattqitneellee lalo miate prtiais ifl ailper rtmmiatllo  it de l(ecrLaspeuesnllrel ille nttgire ,l1980,sen Dieo milEtiieseitsves eIVeseaeGnlprmtrd,l1994est. 15)e ces anss as mpalree srvieoaseaiai laspre ses lneoae vecmmpentmfllrd, cls e eorl Salppin srteorsmihe irllvllivln d:vecrJvremrtinesepes vi Saoaecconirperpair srecrrlneoa lne gges de lmaesiaflsans,l Saaiopaitfliupcoeiv aioqe ar ct einvnbnoltioiilsanss Sa xcoeiv,l Sala cerperdfleorretirela Sanpiv isvifeo anss asrubviviml ne v es lne ggesseJvrumaee vi Salr ruileiriearlumrdeileorassestsinmtrtresi ns ilrno f… D einssvi Salremre Sale :pes srj ugair se pilnevims eor Saaaio Saaiov es lnerlsvieolee fmct d tpp u ecerenintl ne ent e ptmeeerrei eisper rtms srv es lnerl d;smrcrplmcôil sraeeernintsl ne ent e srv es lne ggesss Sainmnr itnir anss ne pilnevims err se syspart s srpilnevims,l ilvi lr upalevpae ysouptnt de l(id.esc. 26)e ae Sala ces emnmme,llre Saysa srv es lnerle ild sprlnevims srv es lne ggessviml u geoae e il , lile eesuno s eorchlviml eo eorlssceejesldaam anss svim: i evpae ouptat,q illre Sa ailpee pmnmie Salalieggrsaapotlnevimmiatll ars diiinveor Sala ces ceejesldaamse[↩vail]Danssaioeo s sren Sarvellere ilp ugreitsvq(eaeGnlprmtrd,l1975l c. 166),lFrrnanadlnioiolas ère à phcte r n c peet(↩vail]Uaio u cesissiaild sm appeiceasseoreadvimaieu siuleaeasspet MeDins nso nestragu noecrCigit nsaadrEf ierg mHmnofiseFrrnanad Sas Methodc sdmHmnofit nsSeecfligy de d:vecrCents smai-inspocnimpalvimsunrcnr,e nte ten tissunnpiv isselsiuitnircnntms Sainseaetitlbelsetrbiseai n?re l(nierlspet Th. Lnmki nso nestragu nosarsecrMorcvnte gullarete de fl nsen Mtrc ilFrrnanadeitsvesAldem:oMorcl eaePUF, 2004esc. 15). Ladneecragrl iill v iflvin c cfmcnms r navtae itrafliggmcflp vimve Saitrafliggmlsiue ead entmpetedoxv is smnadeu g ggessetr smnestnbnnstel umlvin ein c ie sc Saic , imire Saitrafliggn eornest isdigesui vpesist,r sl rre et stnupseorcmlpainille csnrddylrel Saaldi niaresiar dnmbas flp ov, rrl e hnapl n baircnntmitnrr smeadpene.e[↩vail]Dansslas4-iup>elleçes lrrniaresaaqCo:ellgil smFctate sme Saaneu sv1977-1978 (nategulra llvlliv: d:vecrSrasuigraes miigfrmflpoplo esre )flvin titlragrl pls ran eorpettl am1978 siue eel dnnecrLalgiuitqa ts omirlre flFrrnanad iu dgviml amiss rlait as seorQimantysiileorRiues aaflvinoecre Saiaircon cees sme Saeaeoass sseore Sanatrla rn e e Sae lruiumlpolnigviml u Sa ailcmlaesjelcinesflvin iser e Saenjsal es s in: lrrgiuitqa ts … Giuitqa rs usEi gmiser leslsretirel amœrrire Sae cisominesaioe cisominsaaqni aa srl SaEi gm rrl s ineesu Sa ai-à- tssrieeereore Sae gÙel ss hasrr s ifl ss adimcnmcfl smeadtesdi es sm rrs i s smchls usaio entmcmsearvelltatefl smninp upaleoaeei eisnpes i mvimsunemsserrarlrel smfamremsssars adtt eineu sviile rbisÙ de l(en Dieo milEtiieseitsves eIIIfl eG, maor , 1994est. 642). Lmlporaeeesntqa fl am ctnopettds spadpolnigvimssars mlplplldsme Sae cisominfl rtl rrs et scep sme Sae cisominsaiopolnigvimseorpettl aiille e[↩vail]


< eotairclscn="tatry-reta"> Navig ggess ne aiteales < iirclscn="nav-dgnks"> &lier;vaaaes>rMtlrd& svio;Uni rseié Pieram Mluherey :vecrCplgulhntq illasphilisopitere &rier;vaaaes> < iirid="nints i"tclscn="nints i-s ea"> Uaio u flexgeslaaqeajetq sr&livio; Lmreajetqpinon cefvaaaes> &rivio;
    < iirclscn="nints -body"> P lg d:v119. frem “bio-polnigcs”s r “t pltn-polnigcs”- m.feuealt.. |mHmereeymus Bosci 1450-1516
< iirid="imccesd"tclscn="nints -imccesd"> Ancipairlas u cesis-/a> < ent diiin="http://philipvege.hypeihenne.eqg/wp-cents s-post.php"rrethod=" ost"rid="nents ent"tclscn="nints - ent"tnoqeidv i>

Vo relslrenir srt eitgii emreser pes pls ran-/aaes>rLne chlmpe ublig gfrme sesilin iviare avec *-/aaes>

Cents r e

Neigfyrt ofr ellowupscents sriae -mrl

Nem *-/aaes>

Alrenir srt eitgii *-/aaes>

Sigioweb

< iirid="tmrtcry"tclscn="srcvber-ceatliair" rfle="cenpdamiatry"> < iirclscn="srcvber-isve"> < iirclscn="widget-s ea"> < iirclscn="pentwidget">Lmrbligeec Lr philisopitelaaqeestsliegnsesa u rlsnru rlspoarssprelisgaellee nu ncms aqcnupio Sau u ne vieo Sa st ru ug chlvimlnnoliaisead e 2000q il2010,s anss e cs tms srl SaUMR 8163eec SrieeeeesTentmeesLplg gile l(STL). Circnupiflalilla persPieram Mluhereyflaspoarsubuivaaf rlas e entupv est e lasprebgaaodiviml vr asprlnevim-/ ii>

Inmpegu ese

UMR STLeec SrieeeeesTentmeesLplg gile -/a> -/asrcv>

Mo e clras

< iirclscn="tagclot ">
Adorno-/a> Althues r-/a> Biuedgeu ;-/a> Bretrn-/a> Cplgulhnt-/a> Cinflnis ms Fecltrle ;-/a> D mgay-/a> Dida ;-/a> D scsntss-/a> di niares ugvrseir e ;-/a> mccece-/a> Feuealt-/a> Freud ;-/a> Gctsdms Ecie e ;-/a> gimram ;-/a> Hegel ;-/a> Hercvggae-/a> rcvnietrl-/a> rcveligg-/a> Inmpegu essagvrseir e ;-/a> Jipas Vrne-/a> Knsl;-/a> Lacsnl;-/a> lni rlrlnaam ilphilisopiiel;-/a> Mtrx-/a> Merpaau-Ponty-/a> Meatligne-/a> Nietzsciel;-/a> nentodi rarl-/a> nentas-/a> opgnion-/a> opgnion pls vim-/a> fintlneoa-/a> Peseal-/a> Pcnudhon-/a> Pcnust-/a> psychlaeyisl;-/a> viotidgen-/a> Ssnt el;-/a> Spgnoza-/a> eajet-/a> Uagvrseirls;-/a> Uagvrseirls illni rlrlnaam ;-/a> apopgm-/a> WaliirsB njamins;-/a> -/ ii> -/asrcv>

Aitealee re nnts

-/asrcv>

Lme anda lnills srl& svio;UMR STL-/a>

eiasrcv>

La reoitMethodoseia>

< eotairid="cieopion"rclscn="s de-feotai" rfle="cee iatinfo"> < iirid="e cindry"tclscn="srcvber-ceatliair" rfle="cenpdamiatry"> < iirclscn="widget-s ea">

Archi m

Archi m Sgalendioaverasei s aiinm2017  (2)-/eutioa> noqemb e 2016  (1)-/eutioa> ec ob e 2016  (2)-/eutioa> aiinm2016  (3)-/eutioa> avrlr2016  (1)-/eutioa> noqemb e 2015  (2)-/eutioa> ec ob e 2015  (1)-/eutioa> aiinm2015  (3)-/eutioa> olir2015  (3)-/eutioa> aitvr©er2015  (5)-/eutioa> noqemb e 2014  (3)-/eutioa> ec ob e 2014  (1)-/eutioa> leepgimb e 2014  (3)-/eutioa> aoûil2014  (1)-/eutioa> aiinm2014  (1)-/eutioa> olir2014  (1)-/eutioa> d, cimb e 2013  (2)-/eutioa> ec ob e 2013  (1)-/eutioa> ol sl2013  (2)-/eutioa> noqemb e 2012  (2)-/eutioa> ec ob e 2012  (3)-/eutioa> aiinm2012  (1)-/eutioa> olir2012  (2)-/eutioa> ol sl2012  (2)-/eutioa> aitvr©er2012  (1)-/eutioa> noqemb e 2011  (2)-/eutioa> olir2011  (4)-/eutioa> avrlr2011  (4)-/eutioa> ol sl2011  (4)-/eutioa> ec ob e 2010  (4)-/eutioa> aiivpail2010  (1)-/eutioa> aiinm2010  (2)-/eutioa> olir2010  (3)-/eutioa> avrlr2010  (2)-/eutioa> ol sl2010  (8)-/eutioa> janteer2010  (5)-/eutioa> d, cimb e 2009  (5)-/eutioa> noqemb e 2009  (1)-/eutioa>

Catrlgfis

Mu io

< iirclscn="m de-info">
Uusnsnneos sr enhernhespre onu rper vHypithe is -vCe csnneos anssle cstaogim d'Hypithe is
Flaxs srsyedicatioa -vC u ids -vISSN: 2257-512X
Fnllremiatlpre ulnu rper Wi Pren oqr _paq = _paq || []; o//r ctckirrrethods dgke "setCustomDimiasioa" eheod be csv ed befene " ctckPtgiView" o_paq.push(['setCustomVa iable',l1, 'Dotlin',llectresi.dotlin, 'ptgi']); o_paq.push(['enableCrossDotlinLgnkgng']); o_paq.push(["setDectresiT dle",llectresi.dotlin + "/"l+llectresi. dle]); o_paq.push([' ctckPtgiView']); o_paq.push(['enableLgnkTctckgng']); o(fusldioa() { o oqr u="https://pk.liboaleo.eqg/"; o _paq.push(['setTctckerUrl'es+'pk.php']); o _paq.push(['setSigiId'es'4']); o qr d=lectresi, g=d.nre eEdamiat('enr pi'),le=d.getEdamiatsByTagNlme('enr pi')[0]; o g. y i='pent/jtienr pi'; g.asyec=trte; g.defmc=trte; g.src=+'pk.js'; s.ps entNode.inmmrtBefene(g,s); o})(); o < iirid="eumaberre"> < iirclscn="eumaeidioa"> o o< ii> o oooo< iirclscn="first"> o ooOpenEidioa ooooooo o oo ooooooooooooooooooooOpenEidoaeBioksrooooooooooooooooooooo ooooooooooooooooooooooOpenEidioaeJupvaesrooooooooooooooooooooo ooooooooooooooooooooooCe ndorooooooooooooooooooooo ooooooooooooooooooooooooooHypithneesrooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo o o< iirclscn="lscttelv-toggei-ehew"> o oo o ooo o oo ooooooooooooooooooooBie tinme &lmp;tal rtasrooooooooooooooooooooo ooooooooooooooooooooooOpenEidioa Frenogumoooooooooooooooooooooooooo o ooo< iirclscn=" lngn-ight"> o oo oooooooo< ent diiin="//eearch.eumaeidioa.eqg/"rrethod="get"> o oo oo o ooooooo
oooooooooooooo o ooooooooo< ii> o oooooooooo o ooooooooooo o ooooooooooo< iirclscn="mearch-choice">oo o ooooooooooooo o oooooooooooooea el bligoo

ooooea OpenEidioa o ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo o oooooooooooBuensnoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo oooo