Christophe Scudéri : « Université et psychanalyse : « « L’unité de la psychologie » par Daniel Lagache (1949) »

Si l’exercice de la psychanalyse est le plus souvent adossé à une inscription du dit « analyste » à l’annuaire d’une école analytique, le titre reste pour autant libre de tout droit. Seule obligation qui est une obligation « morale » ou éthique, s’être soumis personnellement à l’épreuve du divan. Une telle exigence traduit la singularité du statut d’analyste qui, non pleinement assimilable à une identité socio-professionnelle donnée, avec son cursus de formation, ses attendus techniques et de savoir, son travail monnayable et capitalisable, résulte surtout d’un « en-plus », celui produit au détour d’un processus dont la cause initiale était une plainte, une souffrance, un mal être…  concernant le sujet. Généré comme un imprévu survenant au hasard d’un cheminement visant tout autre chose, le « psychanalyste » se soutient non du cadre légal de la profession mais de la profession de foi qu’il énonce, et à partir de laquelle il se risque à chaque fois en son nom propre, pour chacun et à chaque séance –  mais sans garantie aucune – à assumer une fonction analytique que nous qualifierons pour notre part de « déconstructrice ». Ainsi, le « titre » de psychanalyste – si tant est qu’il y en ait un dont on puisse se revendiquer – ne vient-il pas sanctionner un cursus de formation universitaire, mais nomme toujours l’après-coup d’un « ça a eu lieu » d’une expérience temporaire et précaire, jamais reproductible en soi. Contrairement à tout ce que donne à voir la scène médiatico-sociale, on ne peut dire qu’ « il y a des psychanalystes », seulement qu’ « il y a de la psychanalyse qui se pratique ».

Au regard de cette logique qui est une logique de l’Inconscient empêchant que qui que ce soit ait pour « plan de carrière » de devenir analyste, il est normal que la psychanalyse aitrésisté à son assimilation pure et simple par les instances officielles dont la première, l’Université. Pourtant, les faits sont là : si la psychanalyse ne s’enseigne pas à l’université, pour autant l’université ne cesse d’enseigner les théories freudienne, kleinienne, winnicottienne, lacanienne et consoeurs. Plus même, est-ce souvent en son sein que moult d’entre nous – dont souvent les futurs analysants – rencontrent pour la première fois la psychanalyse. Ainsi, s’est-il noué entre la psychanalyse et l’université une curieuse relation faite de familiarité et de rejet, de proximité et d’indifférence, de fascination et de répulsion réciproques. C’est cette histoire-là que nous souhaitons vous conter ou plus exactement mettre au crible d’une analyse que nous annonçons d’emblée comme partielle.

Aujourd’hui, c’est par deux canaux principaux que les théories analytiques sont diffusées à l’université : le premier est celui des UFR de psychologie à travers la formation des futurs psychologues cliniciens qui ont vocation à intervenir dans différents organismes hospitaliers ou médicaux-sociaux, le second est celui de départements rattachés le plus souvent aux UFR de philosophie avec pour objectif des objectifs de recherche et dont le plus éminent car le premier a avoir été ouvert dans l’immédiat après mai 68 est le département de psychanalyse de Paris VIII ex-Vincennes, haut-lieu du lacanisme version millérienne. Or, les batailles qui se jouent aujourd’hui sur « pour ou contre la psychanalyse à l’université » l’étant pour l’essentiel sur le terrain de la psychologie, nous avons décidé d’envisager l’introduction de la psychanalyse à l’Université à travers le prisme de la psychologie en général, de la psychologie clinique en particulier. Pour ce faire, nous allons nous concentrer sur l’étude d’un petit ouvrage au destin bien singulier à savoir « L’Unité de la psychologie » de Daniel Lagache.

Mais, pourquoi cet ouvrage ? A première vue, notre choix peut surprendre. Comme l’indique son titre, il traite de la question de l’unité de la psychologie et si la psychanalyse y fait une apparition c’est de façon marginale. Or, c’est là faire fi d’une certaine histoire du livre qui lie l’entrée de la psychanalyse à l’université à la démarche d’unification de la psychologie entreprise par D. Lagache dans ce livre.

Comme le précise une note du livre de 1949, son propos est le « le développement de la leçon inaugurale du cours de Psychologie, professée à la Sorbonne, le 28 novembre 1947 » par D. Lagache. Nommé en 1947 sur ce qui était à l’époque la chaire de psychologie la plus prestigieuse en France (la Chaire de « psychologie générale » à la Sorbonne), Daniel Lagache prononce ce 28 novembre les premiers mots d’un cours qui a la particularité de se tenir à un moment charnière de l’histoire de la psychologie française : alors que les pionniers qui ont fait la psychologie de la première moitié du XXème siècle quittent la scène (P. Janet décède en 1947, G. Dumas en 1946, Ch. Blondel en 1939 tandis qu’H. Wallon prend sa retraite du Collège de France en 1949) se met en place au sein des études de philosophie la première « licence de psychologie » (1947) qui marque le premier acte de reconnaissance institutionnelle de la psychologie comme discipline autonome. Ainsi, lorsqu’en cet automne Lagache qui n’avait que 44 ans prend la parole devant le public des premiers étudiants de psychologie, il le fait en tant que le « premier » de tous les psychologues sommé de par sa position de prestige à enseigner et donc par voie de conséquence à dire la discipline nouvelle qu’est la psychologie. En publiant sous une forme développée et donc modifiée les propos de ce jour, Lagache met en scène après-coup la solennité d’un moment qui marque le début d’une ère nouvelle dont il est de fait l’un des acteurs principaux sinon le principal.

Or, la petite histoire que nous a rapportée M. Claude-Marie Prévost qui assistait comme jeune étudiant à cette première leçon, veut ceci : élu par les philosophes (G. Bachelard en tête dont l’intérêt pour la psychanalyse était notoire) contre le candidat des psychologues (à savoir Ignace Meyerson, un disciple de Paul Guillaume, le gestaltiste qui précéda Lagache sur la chaire), D. Lagache a été perçu au sein de l’alma mater comme celui par qui la psychanalyse entrait à l’Université. Enseignant avant guerre la psychologie à Strasbourg, puis pendant la guerre à Clermont-Ferrand, venant seulement de soutenir une thèse de lettres sur la « jalousie amoureuse », D. Lagache était surtout connu à la Libération comme médecin, membre depuis 1936 de la Société Psychanalytique de Paris où il jouissait d’une réputation grandissante au point d’incarner à côté de Sacha Nacht et de Jacques Lacan l’étoile montante de la psychanalyse française1. Aussi, loin d’être un psychologue éminent ayant contribué par son œuvre à l’essor de la discipline, il était avant tout un psychanalyste reconnu sur la place de Paris. Or, l’histoire veut aussi que cette nomination qui fit accéder un psychanalyste à une place éminemment stratégique pour l’avenir de la psychologie française, fut assortie d’une condition : l’obligation qui aurait été faite à Lagache de ne point enseigner la psychanalyse. Ainsi, nous trouvons-nous face à ce paradoxe où cela même qui signe l’entrée de la psychanalyse à l’université en la personne de Daniel Lagache, signe aussi simultanément sa censure universitaire sur le mode de l’auto-censure. Bizarrerie dont il nous faut encore aujourd’hui tirer toutes les conséquences.

Il y a donc une raison historique qui nous fait analyser ce qu’il en est du sort de la psychanalyse à l’université à travers ce petit livre de 1949. Voyons donc ce qu’il en est de cet ouvrage.

Dans sa composition, le texte comporte un chapitre premier, « la psychologie et les sciences psychologiques », un chapitre second, « psychologie expérimentale et psychologie clinique» ainsi qu’une conclusion et une bibliographie, qui en tout et pour tout représente environ 80 pages. Ce qui frappe au premier regard, c’est l’inégalité de traitement des chapitres (seize pages pour le premier, cinquante pour le second) mais aussi l’absence apparente de progression logique gouvernant leur succession, le second semblant seulement répéter le premier mais sous une forme plus ample et développée. Or,  à y regarder de plus près mais à la marge, à la marge du propos principal de la thèse d’une unité de la psychologie, on constate une légère différence quant à la psychanalyse. En effet, si dans le chapitre premier, elle occupe  « une place à part » au sein de la psychologie « simplement du fait qu’elle est autre chose » qu’une psychologie clinique avec laquelle elle ne se confond pas, dans le second elle se range toute entière dans la psychologie clinique dont elle se démarque seulement par une technique plus poussée, plus consciente d’elle-même2. Ainsi, face à ce texte avons-nous l’impression d’être en présence d’un propos redoublé qui bégaye mais qui tout en bégayant manque à retomber sur ses gonds, ne cessant par là-même de dévisser à l’infini.

A une telle bizarrerie, il y a là aussi une explication historique à savoir que le texte dont nous disposons aujourd’hui résulte d’une écriture en trois temps dont la version actuelle a effacé toute trace. Ainsi, à sa rédaction définitive, il y a eu :

– Un premier temps : la première version, celle publiée en 1949 chez F. Alcan, dans la collection de la « Bibliothèque de philosophie contemporaine », qui se composait alors de l’actuel chapitre 2 (qui n’apparaissait pas comme un chapitre, encore moins comme un chapitre 2 mais comme le texte du livre), de la conclusion et de la bibliographie dont nous avons hérité mais avec pour adjonction en page 1 d’une note aujourd’hui disparue qui précisait que le livre était : « le développement de la leçon inaugurale du cours de Psychologie, professée à la Sorbonne, le 28 novembre 1947 ».

– Un deuxième temps : la seconde version de 1969 qui était aussi sa première réédition, celle publiée aux « Presses Universitaires de France » dans la collection dirigée par Paul Fraisse « Le psychologue » dans une forme modifiée (note de 1949 ayant été retirée) et surtout augmentée d’un chapitre premier sous le titre de « La psychologie et les sciences psychologiques » qui se trouvait être le copier-coller d’un article publié sous ce même titre en 1966 dans la « Revue d’enseignement supérieur » qui avait consacré un numéro collectif à la psychologie à l’université (dans lequel on retrouve notamment, Paul Fraisse, Maurice Reuchlin, Juliette Favez-Boutonier, etc).

– Un troisième temps : son ultime version publiée (après 3 rééditions de la version de 1969 : 1973, 1976, 1979) en 1983 aux PUF dans la collection « Quadrige » 3 dans une forme inchangée par rapport à 1969 mais selon un nouveau décompte temporel (puisque désormais le numéro d’édition indiqué signale à quelle place se situe le livre dans la série de ses rééditions aux « Quadrige » soit depuis 1983, 6 rééditions : 1988, 1990, 1993, 1997, 2002, 2004) et l’effacement corrélatif de toute indication qui rappellerait la réécriture du livre au point que la version héritée qui est celle de 1969 apparait pour la version originale de 1949.

Ainsi, la dissonance qui se fait entendre quant à la place de la psychanalyse résulte d’une diachronie interne à sa rédaction, laquelle diachronie ne doit pas être sans lien avec une certaine évolution si ce n’est des rapports de la psychanalyse avec la psychologie universitaire tout au moins dans la pensée de Lagache, son auteur. C’est à cela à quoi nous allons nous attacher désormais. [Faute de temps, nous nous contenterons d’évoquer la première version. Ce qui aura pour résultat de laisser inachevé notre propos du jour].

La première version de 1949

Publié dans la collection « Bibliothèque de philosophie contemporaine », le texte de 1949 ressemble à une longue dissertation au cours de laquelle l’auteur argumente en faveur de la thèse placée en effigie du livre au point de constituer son titre : l’unité de la psychologie. Usant d’un style intelligible mais académique, neutre mais impersonnel, clair mais soporifique, il s’appuie sur des arguments de faits qu’il met au service d’une démonstration logique dont la base est une description qui se veut impartiale et le résultat la nécessaire unité présente ou à venir de la psychologie en France. Ne comptant pour rien dans ce qu’il avance, ce dont témoigne l’impersonnalité d’une écriture conventionnelle fuyant tout effet de style jusqu’à l’ennui, Lagache présente son texte comme le miroir dans lequel se reflète brute la réalité non encore saisie de la psychologie. Dévoilant au nom du savoir la réalité une de la psychologie, il espère recueillir par là-même l’adhésion collective à ce réel que son discours énonce en toute objectivité. Ainsi s’explique la dédicace inscrite en tête d’ouvrage (« A Henri Piéron ») comme la recherche d’un consensus autour de la lecture désintéressée qu’il propose, mais qu’il souhaite convaincante du fait qu’elle se veut démontrer logiquement et factuellement et donc à visée universelle. C’est finalement sous les oripeaux du discours universitaire que le discours de Lagache s’avance.

Or, comme le rappelle M. Macherey lisant Lacan, contrairement à la neutralité qu’il exhibe, le Discours Universitaire use en son sein d’une position d’autorité. Loin d’être pure, l’objectivité affichée s’appuie sans le dire voire même en le niant, sur le désir de celui qui objective qui s’arrange pour que le monde décrit soit à la semblance, non de ce qu’il est, mais de ce qu’il voudrait qu’il soit. Ainsi, derrière la transparence des arguments et des propositions créant le leurre d’une communication sans reste du savoir, se cache, masquée par cette transparence du fait même de son effet éblouissant, une part d’opacité dans laquelle se loge l’inavouable dessein de celui qui énonce. Loin d’être le pur miroir d’une réalité qui lui est extérieure, le texte est aussi le terrain d’un « coup de force », celui que cache mais sur lequel se fonde tout Discours Universitaire auquel ressort in fine le propos de l’ouvrage.

Ainsi pour rendre compte du texte de Lagache, il nous faut distinguer un premier plan, le plus apparent, celui d’une argumentation tenue par un savant, bâtie sur la description objective d’une situation par un observateur neutre et dont le résultat logique est la démonstration de l’unité présente ou à venir de la psychologie, et un second plan caché ou refoulé mais que le premier représente dans lequel est accompli un geste d’autorité par un acteur engagé qui œuvre concrètement à ce qu’advient dans les faits ce qu’il avance comme thèse. Or, en cette époque éminemment hégélienne, est-ce à chaque fois autour de la « dialectique » que tout se joue : dans le plan premier, elle est mobilisée comme un concept permettant d’expliquer un état de fait communément reconnu comme tel ; dans le second, elle est mise au service de l’opération textuelle qui s’y joue. Entre eux deux, agit le nœud d’une charnière qui scelle les deux plans : entre théorie et pratique.

Premier plan : la dialectique comme application d’un concept.

A la base de la thèse de l’unité de la psychologie joue une assertion, fruit d’une démonstration qui se veut inattaquable. Elle procède d’un raisonnement en trois temps :

-premier temps : après avoir pris acte de la division de la psychologie, D. Lagache, reprenant un découpage tracé avant lui par H. Wallon en 1938, affirme qu’elle peut se réduire à l’opposition unique : psychologie, science de la nature versus psychologie, science de l’homme. De cette opposition, il est possible d’en rendre compte selon cinq couples antagoniques distincts : conduite // conscience ; tout // partie ; explication// compréhension ; Substrat organique // Inconscient ; sans valeur, ni finalité // valeur et finalité.

-deuxième temps : après avoir exclu à priori que les oppositions soient le résultat direct soit des « motivations personnelles » des protagonistes, soit d’un antagonisme réel irréductible en soi, D. Lagache, s’appuyant sur un constat qui se veut « historique », affirme que les propositions humanistes viennent en un second temps, en « réaction » donc aux propositions naturalistes. L’une n’étant que réponse seconde à la première qui la précède chronologiquement, l’opposition qu’elles forment apparait dès lors comme « un tâtonnement, comme un essai d’accommodation à la réalité » dans lequel, au simplisme logiciste du « naturalisme psychologique », répondrait le réalisme de « l’humanisme psychologique » qui, loin de se substituer à lui, ajusterait la science psychologique dont ils sont les porteurs, au plus près du réel qu’elle vise.

– troisième temps : dès lors, l’antagonisme qui déchire la psychologie française sous la forme de l’opposition « naturalisme psychologique » versus « humanisme psychologique », matérialise le mouvement dialectique caractéristique du progrès de la science en tant que la science est « l’effort collectif des savants dans la recherche de la vérité ». Loin d’être irréductible une telle opposition dialectique supposant en son programme son dépassement ultérieur, la psychologie est donc vouée irrémédiablement à devenir une. (Fin de la démonstration, fin du sophisme)

Fort de cette certitude qui résulte d’une logique infaillible, Lagache aurait pu s’arrêter là. Il n’en est rien. Après tout, toute affirmation aussi vraie soit-elle reste par définition hypothétique tant qu’elle n’a pu être confirmée par les faits. Etait-ce sans doute trop se risquer au désaveu du réel qui était loin de lui être favorable. Aussi, à cette première assertion, D. lagache y adjoint une seconde qui va lui permettre de préparer insidieusement le terrain d’un coup de force : si la première s’appuie sur des éléments factuels externes pouvant être potentiellement soumis à vérification, la seconde est d’abord et avant tout une affirmation péremptoire, dont la vérification se fonde sur des éléments internes à son plan d’énonciation.

Le nœud d’une charnière : entre théorie et pratique

 Dès les premières lignes, D. Lagache annonce que, contrairement aux années 30 (référence à Edouard Claparède), « le psychologue de 1947 est dans une position plus favorable pour discerner ce qu’est ou pourrait être l’unité des sciences psychologiques ». Affirmation parmi les affirmations, elle a force de vérification  car si tel est le cas l’auteur avait raison : faut-il que la psychologie soit dans l’ordre dialectique effectivement une ou en passe de l’être, pour qu’un de ses représentants, Lagache en l’occurrence, puisse depuis la configuration historico-sociale qui est la sienne (celle de la Libération) en dresser objectivement le portrait unitaire. Dès lors, il suffit qu’il réussisse à faire cela même que tous ses prédécesseurs ont échoué à faire pour des raisons essentielles (et non strictement individuelles) à savoir à tracer le portrait de la psychologie pour que, par effet retour, l’hypothèse dialectique à partir de laquelle il dresse son portrait, soit vérifiée. Son travail va donc consister à énoncer concrètement la forme que prend théorico-pratiquement une telle psychologie. Or, ce qui va être énoncé au titre de la psychologie va l’être depuis l’axiome de son unité intégrée comme l’un des prémisses fondateur du plan d’énonciation. L’action affichée va consister dès lors à ajuster la définition générale de la psychologie au présupposé de son unité réelle qui, par effet retour, dès lors qu’elle est matérialisée dans cette définition enfin produite, se vérifie et donc advient comme telle dans les faits. Tautologie de la démonstration qui, à fonctionner en cercle clos, perd en crédibilité ce qu’elle gagne en solidité interne, mais qui à être mêlée aux mailles d’un discours qui se veut universitaire ne se révèle jamais comme telle au lecteur crédule : ce n’est jamais en son nom que Lagache énonce ce qu’il énonce mais au nom du savoir qui parle à travers le scripteur neutre qu’il est. Ainsi, déplaçant l’axe de vérification de l’extérieur à l’intérieur même du texte, il vise la performativité du propos qui crée dans les faits cela même qu’il énonce soit dans le cas présent non seulement d’une psychologie une et indistincte, mais aussi d’une psychologie identique au dessin qu’il en dresse. Or, tout énoncé « performatif » supposant pour opérer que celui qui l’énonce jouisse d’une position d’autorité, D. Lagache s’appuie sans le dire mais en tout en en jouant4 sur le prestige de la chaire qu’il occupe en cette période charnière pour la psychologie, de vacance de leadership et de mutation institutionnelle décisive. Parlant de fait depuis une position qui fait autorité, il peut affirmer ce qu’il affirme sans que cela reste lettre morte mais en espérant, bien au contraire, que ce qu’il énonce soit produit concrètement du fait même qu’il l’énonce.

Quoiqu’il en soit, par ce subterfuge verse-t-on, non plus dans l’exposé neutre d’une objectivation qui serait le fait d’un auteur désintéressé œuvrant modestement à la science dont le projet universel est plus grand que lui, mais dans celui d’un geste de nature dialectique dont la visée inavouée car inavouable est une reformulation qui se veut performative de la psychologie à la semblance du dessein éminemment personnel qui l’anime. Or, qu’en est-il de cet acte ? A quoi donne-t-il lieu concrètement ? Comme nous allons le voir, le geste lagachien prend la forme d’une opération dialectique qui, comme toute bonne dialectique, se décline en trois temps : la thèse qui « décrit le matériel donné auquel va s’appliquer l’action », l’antithèse qui « révèle cette action elle-même ainsi que la pensée qui l’anime (le « projet ») » et la synthèse qui « fait voir le résultat de cette action, c’est-à-dire l’œuvre (Werk) achevée et objectivement réelle ». Comme l’écrit Kojève, au final « cette œuvre est, tout comme le donné initial ; seulement elle existe non pas comme donné, mais comme créée par l’action négatrice du donné »5.

Le plan second : la dialectique comme action

1) Thèse : le donné

Après avoir réduit la multiplicité des psychologies à la distinction fondamentale « Naturalisme versus Humanisme », Daniel Lagache voit sous les figures rivales du psychologue expérimentaliste et du psychologue clinicien, la traduction concrète de ces « attitudes philosophiques » contraires : « Si bien qu’il est permis … de considérer deux « grandes manière » d’aborder les problèmes psychologiques, celle de l’expérimentaliste et celle du clinicien. Et c’est dans leur manière de travailler que s’affrontent concrètement le naturalisme et l’humanisme » (29). Or, dans la suite de son propos, sans l’expliciter clairement, D. Lagache interroge le rapport que chacune entretient avec la science à travers la rigueur, la pureté formelle et la généralité dont elles font ou non preuve. Plus même, ils se lancent dans une longue discussion dans laquelle il s’agit de démontrer d’une part, que la psychologie expérimentale n’est pas toujours générale, rigoureuse ni purement théorique – sous-entendu elle n’est pas toujours aussi scientifique qu’elle le revendique – alors que d’autre part, la psychologie clinique est bien plus générale, rigoureuse et purement théorique qu’il n’y parait – sous-entendu elle est bien plus scientifique qu’il ne l’est dit habituellement. Ainsi, indépendamment de ce qu’il avance en terme de contenus, D. Lagache énonce ce qu’il énonce au titre de la discussion à partir d’un découpage implicite selon lequel la psychologie expérimentale s’oppose à la psychologie clinique, comme la science s’oppose à la non-science soit ici à la philosophie. Par là-même, il ancre son propos dans une configuration dont il hérite doublement, historiquement et conjoncturellement. En effet, 1°) historiquement, tandis que la psychologie expérimentale est l’héritière directe d’une psychologie d’inspiration physiologique qui s’est développée au sein de laboratoire de psychologie et dont la vocation est ouvertement scientifique, la psychologie clinique descend en droite ligne de la psychopathologie universitaire qui s’inscrivait dans l’ordre philosophique. Mais, par là-même, 2°) il fait aussi sien les termes d’un débat qui lui est contemporain dans lequel les tenants de la psychologie dite « scientifique » héritiers de l’expérimentalisme refusent de reconnaitre comme faisant parti des leurs une psychologie « clinique » qui, selon eux, manque à répondre aux procédures scientifiques classiques. Ainsi, voit-on comment le discours de Lagache s’enracine concrètement dans le sol d’un découpage et d’une problématique qui ordonne la scène psychologique de son temps, sol qui à être littéralement donné compose le plan général immanent à ce qu’il dit et pense. Au regard d’un telle analyse se comprend que cette opposition qui se détermine selon les termes « science versus philosophie » ne soit jamais explicitée dans le texte mais toujours implicite, comme devant lui être supposé comme sa condition d’intelligibilité.

2) L’Antithèse : l’Action comme négation du donné.

Parlant depuis le son des canons d’une bataille rangée dans laquelle il est engagé comme sujet historique, D. Lagache travaille, en vue de l’unification, à nier le donné de l’irréductibilité des oppositions réelles afin de faire advenir au présent un nouvel Esprit de la psychologie française pleinement conscient de lui-même. En pratique, un tel mouvement dialectique au sens étroit de négation consiste tout d’abord à supprimer le donné de chaque entité-chose pour en un second temps les garder sous leur forme idéelle à même l’Etre réel révélé à lui-même. Ainsi, le travail transforme le Réel en le niant activement en tant que donné mais en le conservant en tant que nié dans l’œuvre accomplie qui est manifestation de l’Etre, et où le donné apparait sous une forme « sublimée » ou « médiatisée ». Rapporté au texte de Lagache, cela donne ceci : de la même façon qu’il montrera que du fait de la limitation de sa méthode, la psychologie expérimentale n’est pas pleinement générale, il dira, à l’inverse, que la psychologie clinique peut être générale, théorique et rigoureuse. Par là-même, la cause qui justifie leur scission, ne passe plus par leur scientificité octroyée (les expérimentalistes) ou déniée (les cliniciens) rendant irréductible leur opposition mais dans leur rapport à un plan commun scientifiquement objectivable définissant le champ psychologique. Ainsi, contredisant les termes du débat qui font que la psychologie clinique s’oppose à la psychologie expérimentale comme le philosophique s’oppose au scientifique6, D. Lagache affirme en essayant de convaincre ses lecteurs qu’elles relèvent toutes deux de la science psychologique. Par cet acte d’inscription forcée, il supprime le donné d’une frontière indexée au tranchant d’une opposition « philosophie contre science », mais pour, en un second mouvement, conserver la différenciation « clinique et expérimentaliste » mais comme épurée, définie qu’elle est selon des bases nouvelles : ainsi, « l’opposition se réduit à la distinction de deux domaines, celui de la conduite en général et celui des conduites humaines concrètes, et à la différenciation corrélative du mode d’approche »(52). Ainsi, après avoir pris acte du donné, il nie la cause invoquée de leur antagonisme pour, les réintégrant sans coup férir dans la Science, les re-différencier à la lumière d’un objet commun répondant aux critères scientifiques et dont elles sont deux manières distinctes de saisie : l’une appréhende la conduite en général, là où l’autre en traite la déclinaison humaine concrète. Que cette chose existant réellement en psychologie sous le nom de « psychologie clinique » vienne à trouver en et par ce texte, sa première formulation théorique concrète et complète, démontre selon nous l’essence dialectique du texte7.

3) La synthèse : de la rivalité à la complémentarité.

Dès l’instant où ce travail préalable se réalise depuis le fond de la Lutte à mort qui est Lutte de reconnaissance, peut s’opérer le dépassement ultime de l’opposition sous la forme de l’Esprit. Selon Hegel traduit par A. Koyré, l’Esprit est « le centre médiateur (Mitte) qui présuppose ces extrêmes [les termes de l’opposition] et est engendré par leur être -, mais il est aussi le tout spirituel qui surgit entre eux, qui se divise en eux et ne les engendre chacun en son principe que par cette intégration dans le tout. Le fait que les deux extrêmes soient en soi déjà supprimés et dissous engendre leur unité et celle-ci est le mouvement qui unit et embrasse, échange leurs déterminations et les embrasse, notamment, dans chacun des extrêmes. Cette médiation pose par là même le concept de chacun des deux extrêmes dans sa réalité, c’est-à-dire elle transforme ce que chacun est en soi, en son esprit »8. Comme engendré et engendrant, l’esprit est tout à la fois « centre médiateur » engendré par le donné ou l’en-soi qui est nié et à la fois « milieu » depuis lequel s’engendrent les extrêmes comme niées, sous la forme de leur concept ou esprit. A savoir : dès lors qu’est posée et pensée l’opposition en les termes d’une « psychologie de la conduite en général » versus « psychologie de la conduite humaine concrète », émerge comme élément médian à l’une et à l’autre, la psychologie comme science de la conduite : « Pour la psychologie clinique comme pour la psychologie expérimentale, la psychologie est la science de la conduite » (52). Ainsi affirmée comme telle c’est-à-dire comme une, la psychologie peut par effet retour définir depuis elle, deux approches complémentaires qui la composent à savoir la psychologie expérimentale et la psychologie clinique. Dans l’intervalle, nous sommes passés de la rivalité de deux entités-choses qui se regardent en chien de faïence, à la complémentarité de deux approches théoriquement déterminées, cohabitant au sein d’une discipline unique bien réelle : la psychologie. Ainsi, la psychologie expérimentale fournit des « principes clairs et certains à l’étude clinique de la conduite; elle permet d’élucider et de polir certains concepts d’origine clinique; et elle dégage et dégagera de plus en plus des lois applicables à l’explication de la conduite humaine concrète » (64) tandis que la psychologie clinique permet « le déchiffrement et la prospection des différents domaines de la recherche, et la formation d’hypothèse à soumettre au contrôle expérimental » ainsi qu’elle est un « correctif » à la pensée expérimentale qui tend à réduire et à isoler là où elle, elle pense une conduite dans « l’ensemble des réponses d’un être vivant aux prises avec une situation vitale » (66). Au final, si l’une inaugure et conclut : « La clinique a essentiellement une fonction de prospection et d’application », l’autre en assure le cœur positiviste : « l’expérimentation représente un stade terminal de l’investigation scientifique » (71). Depuis un tel rapprochement, effet de l’action préalable dont leurs concepts est le produit, peut s’entendre l’antienne du « mutuel appui » qui, à plusieurs reprises, revient sous la plume de D. Lagache, d’abord sous la forme d’une question entendue : « Dès lors, au lieu de persister dans une ignorance ou une méfiance réciproques, n’est-il pas raisonnable de penser qu’elles peuvent se prêter un mutuel appui ? » (61) puis au titre d’affirmation ouverte, « Ainsi, l’expérimentation et la clinique peuvent non seulement se rejoindre, mais se prêter un mutuel appui » (67) avant d’être repris en guise de conclusion définitive : « En psychologie, l’expérimentation et la clinique se prêtent un mutuel appui » (71).

D’un tel dispositif textuel résultent, au final, un agencement sur lequel s’articule et donc se fonde encore aujourd’hui la vie de la psychologie en France, ainsi qu’un Concept de la psychologie et de la psychanalyse à savoir une Idée à laquelle l’institution qui se fonde depuis elle, a donné corps. Dégageons-les succinctement tour à tour.

La synthèse d’un agencement

Dans la lignée de G. Deleuze, l’agencement articule une fonction cognitive dont la visée est d’objectiver une situation afin d’en appréhender l’unité théoriquement, avec un acte de devenir dans lequel le sujet ne préexiste pas aux opérations auquel il donne lieu mais est produit par et dans lui au gré d’un processus de transformation subjective9. Ainsi, la vaste machinerie textuelle qu’est  L’unité…  articule-t-elle une objectivation avec une subjectivation :

1°) une objectivation : ressaisie à partir de la souveraineté d’une loi qui lie la réalité d’un état à la possibilité de sa description, l’action accomplie par Lagache n’apparait pas pour ce qu’elle est, la création d’une psychologie à la semblance de son dessein personnel. Au contraire, tout ce qui en résulte étant repris immédiatement par le régime inaugural qui la chapeaute (et dont la formule la plus concise serait : « décrire, c’est démontrer »), ses produits apparaissent comme ce qui est donné par le dehors et dont le texte en serait la consignation neutre mais vraie. Par là-même, donnant à voir sous la forme de son concept le réel que ce concept désigne adéquatement, il ouvre la voie à une prise de conscience généralisée de l’unité de la psychologie. Or, dès l’instant où chaque lecteur qui est un psychologue en puissance, (se) saisit conceptuellement (de) la psychologie, à travers le miroir plan du texte qui lui en révèle en toute neutralité la réalité essentielle, la psychologie advient effectivement comme « Réalité-essentielle-révélée » soit l’Esprit (hégélien). Ce qui surgit depuis le livre n’est, au final, rien d’autre que l’esprit de la psychologie française, de la psychologie comme Esprit.

2°) une subjectivation : comme l’écrit Kojève lisant Hegel, l’Esprit ou l’Etre pris en totalité advient « lorsque la Totalité de l’Etre est correctement révélée par le Discours « total » ou circulaire du Sage ». Le sage est celui dont le « rôle est celui d’un miroir parfaitement plan et indéfiniment étendu : il ne réfléchit pas sur le Réel; c’est le Réel qui se réfléchit sur lui, se reflète dans sa conscience et se révèle dans sa propre structure dialectique par le discours du Sage qui le décrit sans le déformer » (453). Révélant à lui-même l’Homo Psychologicus dans et par son discours qu’il tient au nom du savoir et donc en toute objectivité, Daniel Lagache s’élève à la qualité du Sage ou savant universel qui, dans et par son discours de « L’unité de la psychologie », achève l’Esprit à savoir cet Homme qui, révélant à lui-même et à l’autre la totalité de l’être existant qu’il est, réalise pleinement son essence, l’essence de tout homme. Au final, par et dans ce livre, se parachève et s’accomplit dans les faits le psychologue dont Lagache est l’incarnation ultime mais définitive. Fin de l’histoire.

Le portrait de la psychologie

Empruntant sans la nommer à l’œuvre de P. Janet, il nous est proposé une psychologie dont l’objet est « la conduite » entendue « comme l’ensemble des réponses significatives par lesquelles l’être vivant en situation intègre les tensions qui menacent l’unité et l’équilibre de l’organisme » (58). Une telle définition est le fruit d’une double opération semblable à celle qui détermine le geste que nous avons dégagé précédemment : rabattant l’objet de la psychologie sur la seule conduite, il réduit certes, la conscience, objet historiquement premier de la psychologie, à la conduite qui l’exprime et hors de laquelle elle ne peut être atteinte mais, simultanément, il élargit le concept au-delà de la vision étriquée des behavioristes, pour en faire un « émergent » à savoir non le pur observable d’une manifestation extérieure sans signification immanente mais ce qui a pour finalité et donc « sens » le rétablissement dans une situation donnée de l’unité et de l’homéostasie de l’organisme. Par là-même, il récuse, nie donc pour mieux conserver et donc sublimer en un second temps, et la psychologie du comportement, et celle des profondeurs : à la psychologie watsonnien du « stimulus-réponse » ainsi qu’à la conditionnalité du réflexe pavlonnien qui font de la personnalité un agglomérat d’habitudes et des habitudes une chaîne de réactions conditionnelles, à leur réductionnisme radical qui décompose les comportements humains en une suite de réflexes élémentaires et de réactions physiologiques isolées, il oppose la signification inhérente à toute conduite en tant qu’elle est d’emblée orientée et donc dirigée vers un but commandé par la situation depuis laquelle elle se produit et dans laquelle elle se loge et prend sens. De même, réciproquement, à l’exploration de l’inconscient, aux « processus psychiques » des psychanalystes indexés sur l’artifice d’un dispositif verbal chargé de réactualiser des conflits passés et des problèmes non-résolus, à leur « mentalisme » et à leur « intellectualisme » substantialistes, il oppose « l’empirisme » du concept de « conduite » auquel se réduit en dernière instance toute ces choses dont usent les psychanalystes à savoir non seulement, la conscience qui « ne peut être biologiquement comprise que comme une conduite ou une qualité de la conduite » et qui ne peut être atteinte « que dans et par des conduites »(53) mais aussi, toute verbalisation ou expression verbale, tout rêve, tout transfert…

Une fois cet acte premier posé, une fois assignée la conduite, objet unique de la psychologie, D. Lagache constate que quelque soit le camp considéré, la même fonction lui est attribuée : « le sens de la conduite est toujours de rétablir l’unité de l’organisme lorsque celle-ci est compromise par la tension inhérente à un besoin physiologique ou acquis » (58). Que le principe à la base de cette fonction se nomme « principe d’homéostasis » comme chez Cannon ou « principe de constance » (ou de Nirvana) comme chez Freud ne change rien à l’affaire; dans les deux cas git au cœur de l’homme une tendance de l’organisme à maintenir la quantité d’excitation à un niveau aussi bas ou tout au moins aussi constant que possible. Ainsi, quand les pulsions se heurtent aux exigences sociales, se crée un conflit dont l’effet sera l’augmentation de la tension interne. Ce conflit va prendre la forme d’un combat de principes, entre « principe de plaisir » qui tend à la décharge et donc à la satisfaction des pulsions ou tout au moins à l’évitement des situations de déplaisirs, et « principe de réalité » qui, tout en ne contestant pas le « principe de plaisir », introduit des contraintes sociales appelant à la suspension de la satisfaction immédiate et à une détermination « réaliste » des moyens et des buts de la satisfaction. Dans ce cadre, le refoulement apparait comme la réponse que l’organisme humain juge à un moment donné comme la plus efficace pour baisser significativement le niveau de tension, étant celui qui exige la plus grande « motivation » c’est-à-dire celle qui, quantitativement, s’impose avec le plus de force et qui de ce fait, aboutit économiquement à la plus grande décharge possible.

Mais si la conduite est causée par la motivation première d’une tension persistante, si elle a pour but l’abaissement de la tension interne, elle révèle en arrière-plan la personnalité à partir de laquelle l’individu tente de modifier son interaction avec l’entourage. Car, donnant à voir le rapport qu’entretient telle personne avec le monde et avec elle-même, elle dévoile l’«organisation dynamique » des systèmes psychophysiologiques qui, à l’intérieur de l’individu, « déterminent les ajustements originaux de l’individu à son entourage ». La personnalité qui résulte du développement psychique dont elle est l’aboutissement final, se caractérise ainsi « par la disposition à mettre en jeu, en face d’une tâche donnée, le mode de conduite le plus adéquat parmi ceux qu’autorise l’organisation personnelle », elle est donc cette structure active qui, puisant dans le catalogue des schèmes de conduites acquis au fil de l’histoire de l’individu, tente de fournir la réponse la mieux ajustée à la situation concernée.

Plus largement, c’est parce que l’homme est d’une part, inscrit dans le monde qui le soumet à des exigences requérant des capacités d’adaptations mais aussi d’autre part, qu’il s’appuie sur une personnalité construite au fil des habitudes acquises pendant son enfance, qu’il est soumis sans cesse à des conflits qui appellent de sa part des conduites adaptées. En ce sens, le conflit est toujours problèmes « d’essais et d’erreurs, de désadaptations et de réadaptations ». C’est au regard d’une telle philosophie de vie, que peut s’entendre l’affirmation selon laquelle « le problème central de la psychologie -et de la biologie- c’est l’adaptation, c’est-à-dire le conflit et la résolution du conflit » (34).

Définir la psychologie à partir de telles notions princeps, ne va pas bien sûr sans effets collatéraux. Car elle n’engage rien moins qu’une certaine pratique de la cure analytique indexée à une idéologie de l’homme et de la vie. Secondairement, elle permet  d’intégrer sans reste la psychanalyse dans la science psychologique dont l’enseignement se fait à l’université. La psychanalyse est dans l’université.

De la même manière que la psychologie promue par Lagache résulte d’un geste double de naturalisation inaugurale faisant de la psychologie une science de la nature puis d’une ré-humanisation secondaire qui la scinde intérieurement en une science de la conduite en général et de la conduite humaine concrète, la psychanalyse qu’il va développer avec une certaine constance tout au long de sa carrière découlera d’un schéma mutationnel semblable. Toute sa théorisation va ainsi se fonder sur une assimilation première du dispositif analytique au dispositif de « laboratoire », ce qui va rendre possible l’usage de concepts issus de la psychologie expérimentale dans la compréhension de l’expérience analytique, puis sur une redéfinition de la scène scientifico-analytique ainsi créée à la lueur de la phénoménologie analytique.

1°) Du dispositif analytique au dispositif de “laboratoire”

Selon Lagache, le dispositif analytique équivaut à n’importe quel autre dispositif d’expérience tel que ceux utilisés par les psychologues scientifiques français. S’il s’autorise à une telle assimilation homogénéisante, c’est dans la mesure où, dans l’un comme l’autre, jouent des consignes depuis lesquelles chaque expérience s’inaugure. La cure analytique s’instaure ainsi avec la “règle d’association libre” et la “règle d’abstinence” qui forment les deux règles à partir desquelles elle se déploie. Dès lors, elle apparaît comme l’artifice d’un lieu dans lequel est jeté un individu dont l’analyste notifie les réactions en tant qu’elles sont les réponses objectives (variables dépendantes) aux consignes prescrites artificiellement par le dispositif analytique (variables indépendantes). Ces réponses objectives prenant pour l’essentiel la forme de conduites verbales mais aussi non verbales, l’analyste est donc cet expérimentateur garant du cadre, qui interprète, à partir des conduites qu’il observe depuis sa place décalée, l’attitude de l’analysant à la situation analytique. En ce sens, elle peut bien équivaloir à une expérience dite “de laboratoire” : « La « libre association d’idées » n’est pas un matériel, mais une consigne ; l’objet de l’observation psychanalytique, c’est le comportement de l’analysé par rapport à cette « règle fondamentale ». Les démarches de la pensée sont appréciées d’une façon plus vraie si elles sont décrites non comme des « processus psychiques » mais comme des conduites mimées d’approche, d’hésitation, de recul, d’arrêt, d’essais et d’erreurs, comparables à celles d’un rat dans un labyrinthe », écrit-il au même moment dans  « De la psychanalyse à l’analyse de la conduite » (1948) (86-87)10.

2°) La scène scientifico-analytique revue et corrigée par la phénoménologie analytique

Après avoir rabattu le dispositif analytique sur le dispositif de “laboratoire” qui justifie à ce qu’il fasse de la « conduite » le cœur de métier du psychanalyste, D. Lagache désassimile en partie la scène analytique de la scène de “laboratoire” au fil de l’élargissement déjà évoqué du concept de « conduite ». Comme nous l’avons vu, loin de réduire la conduite à sa seule dimension réflexe dans la foulée de ce que font Watson et consœurs, D. Lagache lui attribue une signification immanente, celle qu’elle transporte toujours avec et par elle au regard du champ général dans lequel elle se loge. Or, ce qui fait sens ou signification dans la conduite, c’est la fonction, la fonction que vient jouer une conduite dans une situation donnée à savoir, ici, celle créée par la situation de la cure analytique. Ainsi, l’enjeu pour l’analyste va consister à comprendre la signification immanente à la conduite de l’analysé telle qu’elle est provoquée par l’artifice du « laboratoire » analytique réductible en dernière analyse à l’interaction entre une disposition liée à des habitudes composant une personnalité et un milieu organisé selon des règles prescrites par le dispositif.

Dans le cadre ainsi défini, qu’en est-il de l’action de la cure analytique ? Qu’en est-il du transfert et de l’interprétation ? Qu’en est-il de l’interprétation du transfert en tant que mode classique d’action dans la cure analytique ?

Sans surprise, la définition fournie par D. Lagache du transfert découle directement du découpage premier opéré au préalable. Il se présente, non plus comme un affect, mais comme une conduite ou un ensemble de conduites porteuses d’un sens, celui qu’elles acquièrent du fait de la fonction qu’elles jouent dans la situation analytique, fonction qui consiste à résorber une tension qui a pour cause un conflit. Or, l’analyste découvrant au fil de la cure que le conflit généré par la situation analytique n’est que la répétition ici et maintenant d’un vieux conflit non encore cicatrisé, le transfert devient « essentiellement un transfert de signification fonctionnelle, ou, plus brièvement, un transfert de fonction ou de sens » (92) de la situation ancienne vers la situation actuelle. Il consiste donc en une réaction motrice ou verbale qui, ratant à  résoudre le problème depuis lequel elle s’origine, perdure au-delà du contexte premier au point de parasiter voire de régir le fonctionnement actuel qui s’en trouve inadapté quant aux exigences nouvelles auquel le sujet doit faire face. Tout l’enjeu de la cure va  consister à sortir l’analysé de cet écueil pour l’ouvrir à de nouveaux comportements plus adéquats au monde qu’il est. Pour ce faire, l’analyse propose d’abord, une situation différente de la situation familiale problématique, obligeant l’analysé à accommoder ses schémas réactionnels à la réalité nouvelle ainsi créée : « Par exemple, le psychanalyste peut être assimilé à un père dominateur et agressif, qui interdit toute liberté, mais c’est précisément parce que l’analysé apprend que le psychanalyste n’est pas cela qu’il peut conquérir plus de liberté intérieure » (« Définition et aspects de la psychanalyse » (1949) 138). Dans le cadre d’une prise de conscience par effet de dissonance, l’interprétation qui consiste à « dégager les significations immanentes à la conduite et aux propos de l’analysé » et donc à élucider le transfert, permet un « défoulement des souvenirs connexes à la situation infantile» ainsi que « la réintégration dans le contrôle de la personnalité des défenses et des motivations spécifiquement en cause ». Œuvrant à la prise de conscience des « habitudes de défense » qui sont la réaction anachronique du sujet à la situation insolite de la cure analytique, l’interprétation permet à l’analysé qui peut compter sur la présence rassurante de l’analyste, de se dégager de leurs actions morbides au profit de leur contrôle par le Moi qui, renforcé par la « connaissance » qu’il en a désormais acquis, peut choisir en toute connaissance de cause les schèmes de conduites les mieux adaptées à ce qu’il vit. Ainsi, la cure analytique apparaît-elle comme l’espace d’un apprentissage dans lequel, en répétant dans l’ici et maintenant les attitudes historiquement inscrites dans l’individu au point d’en composer la personnalité si ce n’est le « caractère », l’analysé reprogramme en toute connaissance de cause son rapport à soi et au monde selon des termes adéquatement adaptés à la réalité du moment. En ce sens, « l’adaptation, c’est-à-dire le conflit et la résolution du conflit »(34) est au centre de la psychanalyse qui devient une entreprise la plus normative qui soit. Devenue « analyse de la conduite », rien d’essentiel ne séparant les psychanalystes des expérimentalistes, elle peut donc être assimilée sans reste dans la psychologie nouvellement formée par Lagache, celle enseignée à l’Université. Est particulièrement significatif d’une telle conséquence qui est le désir de Lagache le modèle américain qu’il convoque en guise de propos final : les Etats-Unis se trouve être le pays qui à la fois « a donné un essor prodigieux à la psychométrie et à l’étude expérimentale du comportement » et à la fois « s’est montré le plus accueillant à la psychanalyse… Exemple singulier de vitalité et d’imagination, qui nous démontre sans doute qu’en 1947 nous sommes moins éloignés qu’en 1936 d’une unification « des psychologies » »(68).

Conclusion

En toute logique, il nous aurait fallu, pour être complet, analyser la seconde version de L’unité… à partir de laquelle s’installe une brisure interne au livre qui le travaille insidieusement, encore aujourd’hui. D’autant plus qu’elle n’est pas sans lien avec la psychanalyse, particulièrement, avec la psychanalyse à l’université. Mais, faute de temps, il nous faut reporter à plus tard ce travail en cours entrepris par ailleurs. C’est une histoire de thèse. Toutefois, avant de conclure je souhaiterais dire quelques mots rapides du destin qui aura été celui de ce livre au point d’occuper et de jouer une fonction singulière au sein de la communauté actuelle des psychologues.

Le destin qui est celui de cet ouvrage est des plus paradoxaux. En effet, alors même qu’au fil des ans il rencontrait un succès public croissant, il était frappé simultanément d’un discrédit général dans lequel thèse et auteur ont sombré peu à peu. Ainsi, s’il n’a cessé d’élargir, et son nombre, et son cercle de lecteurs, ce dont témoignent ses onze rééditions11 ainsi que son parcours éditorial12, sa thèse d’une unité de la psychologie n’a cessé, d’une part, d’être désavouée par les faits au point que Claude-Marie Prévost a pu parler d’ « émiettement » de la psychologie13, d’autre part, son auteur et son œuvre de tomber dans l’oubli au point que de l’œuvre pléthorique de Daniel Lagache ne subsistent dans la mémoire collective que quelques textes14. Ainsi, le livre en son destin vient-il à être mu par cette loi « paradoxale » : plus sa thèse et son auteur sont discrédités15, plus il est lu16.

Or, à un tel destin paradoxal doit être joint comme sa conséquence le rapport étrange et ambigu que l’ouvrage entretient de nos jours avec la communauté des psychologues : il est, en effet, un livre dont les psychologues méprisent le contenu qu’ils ignorent ainsi que l’auteur dont ils se moquent ostensiblement17, mais dont chacun s’autorise – en le refusant ou en l’approuvant – pour prendre position sur la scène houleuse des débats qui déchirent la psychologie française en son identité. Mais, qu’est-ce-à dire là ? A quel phénomène curieux avons-nous à faire ? A lire Jacqueline Carroy et Annick Ohayon18L’unité … fonctionne aujourd’hui comme un « « signifiant flottant », « susceptible de recevoir n’importe quel sens » et créant du lien et du liant par cela même, à la manière du mana dans les sociétés polynésiennes selon Claude Lévi-Strauss », ce qui, d’une part, va de pair avec le « statut intemporel » du livre : « tout se passe comme si l’ouvrage avait été détaché de son contexte, de la trajectoire intellectuelle et de la carrière de son auteur, ainsi que de l’histoire complexe de la psychologie et de la psychanalyse françaises, pour mieux être crédité d’un statut intemporel », mais aussi, d’autre part, qui ne va pas sans générer quelques effets « magiques » : « on peut finalement supposer que le livre de Lagache a fonctionné, et fonctionne encore, comme un texte magique au sein de la communauté académique des psychologues français »19

Ayant rejeté dans les bas-fonds le savoir qui le compose à l’origine (S2), il est pur signifiant, signifiant sans signifié, signifiant qui manque à signifier (objet a), soit le semblant depuis lequel les psychologues expérimentent le désir (S barré) qui les assigne à résidence du corps commun de la psychologie (S1). Pur déchet indexé à la perte consubstantielle du savoir qu’il était à l’origine (a/S2), il est, sur fond d’unité de la psychologie dont il est la marque déposée, objet cause de division : à être clinicien, le psychologue renonce à être expérimentaliste ; à être expérimentaliste le psychologue renonce à être clinicien (S barré / S1). Il est donc expérience de vérité, discours analytique : a/S2 → S barré / S1.


  1. Quand, quelques années plus tard, la Société Française de Psychanalyse naîtra de sa scission d’avec la SPP, elle se verra désignée à l’étranger comme le « groupe de Lagache » []
  2. Qui fera dire à Lagache la même année dans Psychologie clinique et méthode clinique (1949) qu’elle est une « ultra-clinique ». Terme repris d’ailleurs dans le premier chapitre de L’unité…. []
  3. Dès l’instant où un ouvrage entre dans la collection du « Quadrige », il change de statut : il n’est plus un ouvrage spécialisé mais il devient un « classique » de la pensée occidentale. Cette mutation se matérialise dans la couleur rouge-orangée de la couverture qui témoigne de son importance, ainsi que dans le format dit « semi-poche » qui, tout en facilitant la manipulation, permet d’abaisser le prix d’achat du livre, l’ouvrant ainsi à un plus large public, qui ne se veut plus seulement composé des seuls psychologues. []
  4. Etant la mise en scène de la leçon inaugurale L’Unité…vise bien à imposer la solennité d’un moment qui doit compter dans l’histoire de la psychologie en France. []
  5. In Alexandre Kojève. « Introduction à la lecture de Hegel ». Transcription par Quesneau. Paris, Gallimard, coll° Tel, 1947. p.481. []
  6. Nous rappelons qu’avec la création en 1947 de la « Licence de psychologie » la psychologie acquiert pour la première fois une autonomie au sein de la Philosophie dans les mains desquelles elle reste toutefois. []
  7. « envisager la conduite dans sa perspective propre, relever aussi fidèlement que possible les manières d’être et de réagir d’un être humain concret et complet aux prises avec une situation, chercher à en établir le sens, la structure et la genèse, déceler les conflits qui la motivent et les démarches qui tendent à résoudre ces conflits, tel est en résumé le programme de la psychologie clinique »(32), écrit D. Lagache []
  8. Alexandre Koyré (1931) « Note sur la langue et la terminologie hégélienne » in Etudes d’histoire de la pensée philosophique, Paris, Gallimard, coll° Tel, 1961. p203-204. []
  9. « Il n’y a pas de différence entre ce dont un livre parle et la manière dont il est fait. Un livre n’a donc pas davantage d’objet. En tant qu’agencement, il est seulement lui-même en connexion avec d’autres agencements » (Mille plateaux, p.10). []
  10. Prononcée au XIème congrès international de Psychologie qui se tenait à Edimbourg en juillet 1948, cette communication dont cet article est le texte, fut publiée dans la Revue Française de Psychanalyse la même année. Or, jamais un texte estampillé texte de « psychologie » n’avait été jusque-là publié dans la revue. Qu’il soit ici fait exception, démontre après-coup l’influence grandissante de la vision psychologique de la psychanalyse soutenue par Lagache. []
  11. Outre la première édition en 1949, il y a eu : 1969, 1973, 1976, 1979, 1983, 1988, 1990, 1993, 1997, 2002, 2004. []
  12. Si le livre a d’abord été publié dans la collection réputée mais confidentielle de la « Bibliothèque de philosophie contemporaine » (1949), il l’a été ensuite dans la collection universitaire « Le psychologue » aux PUF (1969) avant d’intégrer à partir de 1983 la célèbre collection classique à vocation grand public du « Quadrige ». Le double choix formel caractérisant la collection à savoir couverture orange et format semi-poche viennent indiquer le projet de la collection : proposer des textes fondateurs de la pensée occidentale, la vivacité de la couleur venant signifier l’importance du texte, à un large public, la réduction du format rendant accessible le texte à un nombre plus large de lecteurs potentiels. []
  13. In Psychologie fondamentale, Paris, PUF, 1994. Plus généralement, est particulièrement illustratif le recensement des positions unanimes des psychologues réalisé par Emile Jalley dans son article « L’unité divisée de la psychologie » in Bulletin de psychologie. Tome 52(2), 440, mars-avril 1999, pp. 223-230. []
  14. De l’œuvre écrite de Daniel Lagache dont la somme compose pas moins de 6 volumes, ne subsiste dans la mémoire des psychologues que ces rares textes : outre L’unité de la psychologie, son La psychanalyse en collection Que sais-je ?, sa thèse es Lettres en 2 tomes La jalousie publiée dans la collection du Quadrige et un texte souvent commenté « Psychologie clinique et méthode clinique » publié en 1949 dans L’évolution psychiatrique. []
  15. Dans La psychologie clinique, coll° Que sais-je ? Paris, PUF, 1988, p.5, Claude-Marie Prévost parle à propos du livre d’un « œcuménisme onctueux et naïf ». []
  16. Il n’y a ici de paradoxe qu’à la condition que nous supposions que le succès d’un livre soit lié soit au contenu du texte, soit à la célébrité de son auteur : qu’au milieu de ses grandes œuvres révolutionnaires Freud ait rédigé des textes à la portée plus anecdotiques… n’est pas contestable. Pour autant que l’auteur de ces textes soit Freud, l’inventeur de la psychanalyse suffit –indépendamment de leurs contenus- à leur conférer une grande valeur. Dans ce cas de figure, le texte tient sa valeur de son seul auteur. []
  17. Sinon Didier Anzieu, nul ne se revendique ou ne s’est revendiqué de l’œuvre de Lagache. []
  18. Elles sont deux éminentes professeurs de psychologie, spécialistes de l’histoire de la psychologie française. []
  19. Ces citations sont tirées d’un article signé par Jacqueline Carroy et Annick Ohayon, intitulé « L’unité de la psychologie dans l’œuvre de Daniel Lagache. Idéal scientifique et compromis politique » et publié dans un numéro spécial du Bulletin de Psychologie, « L’unité de la psychologie, mythe et histoire ». Tome 52 (2), 440, mars-avril 1999, pp. 191-202. Rare texte de psychologues portant spécifiquement sur le livre de Lagache, nous l’utilisons comme le texte le plus récent qui témoigne de la position singulière acquis par ce dernier au sein de la communauté des psychologues. Nous nous autorisons à affirmer ce que nous affirmons depuis lui. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *