Archives du mot-clé Université et littérature ;

Pierre Macherey : L’université à l’épreuve de la littérature (2)

        Thélème et Castalie appartiennent au monde de la fiction utopique, où l’idée d’université se prête à être librement réinventée : prévaut alors la représentation idéale d’un système parfaitement intégré, refermé sur lui-même, dont cependant l’exposition narrative révèle les limites, dues aux conditions extrêmement restrictives, tendanciellement inégalitaires, et en conséquence génératrices de conflits, sur lesquelles repose son fonctionnement. Lorsque, au cours de leurs trajectoires de vie personnelles, Jude Fawley et Timofeï Pavlovitch Pnine, les poignants héros de deux romans de Thomas Hardy et Vladimir Nabokov relevant du genre de la fiction mimétique qui prétend restituer des êtres et des circonstances existant en vrai, et non seulement comme s’ils existaient en vrai alors que ce n’est pas du tout le cas, croisent pour leur malheur sur leur route l’université, dont ils ont tous deux à souffrir sous des formes différentes, celle-ci se présente à eux, non comme une fiction remodelable à volonté, mais comme un bloc de réalité massif, impénétrable, intransformable, sur lequel ils finissent par se briser : cette université-là, qui, exactement à l’inverse de l’université de l’utopie, pratique à fond, aveuglément, l’exclusion, dont elle fait son opération de base au détriment des objectifs de formation et de création intellectuelles qui lui sont ordinairement assignés, est une institution dont la clôture et l’inertie qui font d’elle une sorte de château à la Kafka provoquent, sur fond d’espérance et de crainte, une fascination répulsive ; les expériences auxquelles elle donne lieu ont inévitablement pour issue l’échec : les personnes qui osent s’y livrer en sortent broyées. Cette manière de voir l’université, foncièrement déceptive, nourrie d’amertume et de ressentiment, est-elle davantage conforme à la vérité de l’université que celle, consensuelle et résolument optimiste, sur les ruines de laquelle elle s’édifie ? Donne-t-elle accès à l’université telle qu’elle est et non telle que nous aimerions qu’elle soit, comme la fait voir l’utopie, non sans arrière-pensées qui en contrarient l’exposition au premier degré? Peut-être le passage par les voies complexes de la fiction narrative permettra-t-il d’y voir plus clair sur ce point.

Continuer la lecture de Pierre Macherey : L’université à l’épreuve de la littérature (2) 

Pierre Macherey : L’Université à l’épreuve de la littérature (1)

Curieusement, la littérature s’est rarement intéressée aux problèmes de la pratique institutionnelle enseignante et a fortiori à ceux de l’université : pour ne donner que ce seul exemple, ils ne sont évoqués que de manière très occasionnelle dans la Comédie humaine de Balzac ou dans la vaste chronique des Rougon-Macquart de Zola, alors même que celles-ci se présentent comme des sommes de la vie sociale de leur époque, une époque où, justement l’école, à tous ses degrés, commence à occuper une position centrale dans les dispositifs qui organisent l’existence collective. Cette relative discrétion, dont les causes, sans doute très diverses, seraient à sonder, constitue en elle-même un fait, une donnée objective dans laquelle la réalité enseignante, et tout autant la forme littéraire, sont ensemble impliquées, d’une manière qui souligne le caractère paradoxal de leur relation : il y aurait dans le phénomène scolaire et universitaire quelque chose qui, peut-être, l’empêche ou le détourne de se prêter à une saisie proprement littéraire, à laquelle ne font pas obstacle au même degré, pour ne mentionner qu’eux, ceux issus du monde médical ou du monde judiciaire qui ont été abondamment mis en scène par la littérature. Il faut donc s’orienter du côté de certaines marges de la tradition littéraire, et en s’autorisant à forcer quelque peu la portée littérale de leurs productions, pour voir se projeter dans le miroir de la littérature des images plus ou moins fidèles ou déformées de l’université, qui en éclairent indirectement la nature et conduisent à en confirmer ou à en remettre en question les certitudes. C’est une expérience de ce genre, avec la part d’arbitraire qu’elle comporte, qu’on voudrait risquer ici, en vue de lancer un coup de sonde dans des régions de notre univers social et culturel que leur obscurité ou, peut-être, le sentiment instinctif de respectueuse répulsion qu’engendre leur excessive sacralisation, protègent contre des curiosités indiscrètes. Ont été sélectionnées, en vue de tenter cette expérience, quatre œuvres littéraires auxquelles, semble-t-il, il n’est pas interdit, lorsqu’on les invite à dialoguer entre elles, de demander ce que  elles peuvent nous dire au sujet de l’université, même si celle-ci ne constitue pas à proprement parler leur thème central, voire même n’est évoquée par elles que de manière allégoriquement biaisée, ce qui oblige à prendre certaines libertés avec leur propos pour les amener à délivrer ce type de message : il s’agit de la partie conclusive du Gargantua de Rabelais consacrée à l’évocation de l’abbaye de Thélème, du Jeu des perles de verre de Hermann Hesse, de Jude l’obscur de Thomas Hardy et de Pnine de Vladimir Nabokov, quatre fictions narratives qui permettent de reconfigurer certaines interrogations auxquelles se trouve confrontée l’analyse de la forme universitaire considérée sur le plan de ses idées, de ses institutions et de ses pratiques. D’autres choix, bien sûr, auraient pu être effectués : par exemple, des lectures du Wilhelm Meister de Goethe, de Erewhon de Samuel Butler, des Copains de Jules Romain, ou de la production romanesque de David Lodge, mais pas tellement d’autres références, permettraient de prolonger ce genre d’enquête et d’en enrichir les conclusions, en mettant en évidence, à la lumière de leur traitement par la littérature, ce qu’on attend du « tout petit monde » de l’université ou à quels types de contraintes il faut se prêter pour en tirer les bénéfices escomptés.

Continuer la lecture de Pierre Macherey : L’Université à l’épreuve de la littérature (1)