Archives mensuelles : mai 2010

Christophe Scudéri : “Université et psychanalyse : “« L’unité de la psychologie » par Daniel Lagache (1949)”

Si l’exercice de la psychanalyse est le plus souvent adossé à une inscription du dit « analyste » à l’annuaire d’une école analytique, le titre reste pour autant libre de tout droit. Seule obligation qui est une obligation « morale » ou éthique, s’être soumis personnellement à l’épreuve du divan. Une telle exigence traduit la singularité du statut d’analyste qui, non pleinement assimilable à une identité socio-professionnelle donnée, avec son cursus de formation, ses attendus techniques et de savoir, son travail monnayable et capitalisable, résulte surtout d’un « en-plus », celui produit au détour d’un processus dont la cause initiale était une plainte, une souffrance, un mal être…  concernant le sujet. Généré comme un imprévu survenant au hasard d’un cheminement visant tout autre chose, le « psychanalyste » se soutient non du cadre légal de la profession mais de la profession de foi qu’il énonce, et à partir de laquelle il se risque à chaque fois en son nom propre, pour chacun et à chaque séance –  mais sans garantie aucune – à assumer une fonction analytique que nous qualifierons pour notre part de « déconstructrice ». Ainsi, le « titre » de psychanalyste – si tant est qu’il y en ait un dont on puisse se revendiquer – ne vient-il pas sanctionner un cursus de formation universitaire, mais nomme toujours l’après-coup d’un « ça a eu lieu » d’une expérience temporaire et précaire, jamais reproductible en soi. Contrairement à tout ce que donne à voir la scène médiatico-sociale, on ne peut dire qu’ « il y a des psychanalystes », seulement qu’ « il y a de la psychanalyse qui se pratique ».

Au regard de cette logique qui est une logique de l’Inconscient empêchant que qui que ce soit ait pour « plan de carrière » de devenir analyste, il est normal que la psychanalyse aitrésisté à son assimilation pure et simple par les instances officielles dont la première, l’Université. Pourtant, les faits sont là : si la psychanalyse ne s’enseigne pas à l’université, pour autant l’université ne cesse d’enseigner les théories freudienne, kleinienne, winnicottienne, lacanienne et consoeurs. Plus même, est-ce souvent en son sein que moult d’entre nous – dont souvent les futurs analysants – rencontrent pour la première fois la psychanalyse. Ainsi, s’est-il noué entre la psychanalyse et l’université une curieuse relation faite de familiarité et de rejet, de proximité et d’indifférence, de fascination et de répulsion réciproques. C’est cette histoire-là que nous souhaitons vous conter ou plus exactement mettre au crible d’une analyse que nous annonçons d’emblée comme partielle.

Continuer la lecture de Christophe Scudéri : “Université et psychanalyse : “« L’unité de la psychologie » par Daniel Lagache (1949)”

Pierre Macherey : présentation de l’ouvrage d’Etienne Balibar “Violence et civilité”

Etienne Balibar – Violence et civilité (éd. Galilée, 2010).

        « Violence et Civilité » : cet intitulé est modelé selon une découpe dont le type peut être dit « moderne » – on n’en retrouverait aucun équivalent dans l’antiquité ou à l’époque classique –, dont l’un des premiers exemples, dans le domaine de la philosophie, serait peut-être fourni par le texte de Hegel « Foi et savoir » ; pour s’en tenir à ce domaine, on pourrait citer comme relevant de la même forme, entre autres, « Crainte et Tremblement » (Kierkegaard), « Humanisme et Terreur » (Merleau-Ponty), « Tyrannie et Sagesse » (Kojève), « Violence et Métaphysique » (Derrida), etc.. Ce genre de formulation consiste à associer deux notions par l’intermédiaire de la particule « et », qui invite à les confronter : on pourrait dire que ce « et » en constitue le terme clé, celui qui est le plus porteur d’enjeux, dont la signification reste à préciser. Il serait intéressant d’étudier, à partir d’une typologie de tels intitulés, les diverses fonctions que peut remplir « et » dans ce mode d’agencement. Dans le cas qui  nous occupe, il semble clair que « et » remplit un double rôle de nouage et de disruption : violence et civilité ne peuvent être associées que sur la base de ce qui les oppose, donc les disjoint ; mais, en même temps, il apparaît que cette opposition recèle une nécessité qui rend le rapport des deux termes incontournable, ce qui oblige à les penser, non à part l’un de l’autre, mais ensemble, dans le cadre spéculatif installé par « et » qui incite à les relier. Nous partirons de l’hypothèse selon laquelle, dans l’intitulé « Violence et Civilité », « et » peut être interprété comme signifiant la relation entre question et réponse : « violence » serait l’énoncé de la question, et « civilité » serait l’énoncé de la réponse. Ce qui, puisqu’il s’agit d’un ouvrage relevant du domaine de la philosophie politique, suggère que, dans la perspective qui lui est propre telle qu’elle est annoncée dans son titre, la violence représente la question, précisons la question essentielle, principale, fondamentale, à laquelle la politique aurait à répondre ; et le propos de l’ouvrage serait de présenter la « civilité » comme réponse, du moins comme réponse possible, sinon la seule possible, à cette question. Ceci admis, nous pouvons fixer deux lignes d’interrogation à propos du contenu de l’ouvrage, qui vont permettre d’en guider la lecture : qu’est-ce qui conduit à considérer que la violence est la question politique par excellence ? et en quoi, la question de la politique étant ainsi posée, la civilité constitue-t-elle pour celle-ci une réponse acceptable ?

  Continuer la lecture de Pierre Macherey : présentation de l’ouvrage d’Etienne Balibar “Violence et civilité”

Pierre Macherey : L’université à l’épreuve de la littérature (2)

        Thélème et Castalie appartiennent au monde de la fiction utopique, où l’idée d’université se prête à être librement réinventée : prévaut alors la représentation idéale d’un système parfaitement intégré, refermé sur lui-même, dont cependant l’exposition narrative révèle les limites, dues aux conditions extrêmement restrictives, tendanciellement inégalitaires, et en conséquence génératrices de conflits, sur lesquelles repose son fonctionnement. Lorsque, au cours de leurs trajectoires de vie personnelles, Jude Fawley et Timofeï Pavlovitch Pnine, les poignants héros de deux romans de Thomas Hardy et Vladimir Nabokov relevant du genre de la fiction mimétique qui prétend restituer des êtres et des circonstances existant en vrai, et non seulement comme s’ils existaient en vrai alors que ce n’est pas du tout le cas, croisent pour leur malheur sur leur route l’université, dont ils ont tous deux à souffrir sous des formes différentes, celle-ci se présente à eux, non comme une fiction remodelable à volonté, mais comme un bloc de réalité massif, impénétrable, intransformable, sur lequel ils finissent par se briser : cette université-là, qui, exactement à l’inverse de l’université de l’utopie, pratique à fond, aveuglément, l’exclusion, dont elle fait son opération de base au détriment des objectifs de formation et de création intellectuelles qui lui sont ordinairement assignés, est une institution dont la clôture et l’inertie qui font d’elle une sorte de château à la Kafka provoquent, sur fond d’espérance et de crainte, une fascination répulsive ; les expériences auxquelles elle donne lieu ont inévitablement pour issue l’échec : les personnes qui osent s’y livrer en sortent broyées. Cette manière de voir l’université, foncièrement déceptive, nourrie d’amertume et de ressentiment, est-elle davantage conforme à la vérité de l’université que celle, consensuelle et résolument optimiste, sur les ruines de laquelle elle s’édifie ? Donne-t-elle accès à l’université telle qu’elle est et non telle que nous aimerions qu’elle soit, comme la fait voir l’utopie, non sans arrière-pensées qui en contrarient l’exposition au premier degré? Peut-être le passage par les voies complexes de la fiction narrative permettra-t-il d’y voir plus clair sur ce point.

Continuer la lecture de Pierre Macherey : L’université à l’épreuve de la littérature (2)