Tous les articles par Jean Celeyrette

Jean Celeyrette et Edmond Mazet : L’université médiévale : une institution « autonome »

Introduction

Je voudrais remercier Pierre Macherey d’avoir bien voulu accepter que dans son programme de philosophie, nous introduisions un peu d’histoire. Il est vrai qu’il s’agit d’une histoire « à la mode » puisque c’est une histoire qui envisage des comparaisons entre des époques, et surtout des cultures et des religions, différentes; on en connaît le danger : jusqu’à quel point est-il légitime de comparer des événements sur lesquelles les sources disponibles risquent d’être inégales en quantité comme en qualité ?

Or c’est précisément le cas pour l’histoire des universités médiévales qui présente cette particularité que :

1) dans le monde arabo-musulman les sources sont très partielles : au XIe siècle, période de la création des madrasas, peu de documents officiels sauf sur quelques madrasas, et des chroniques ou biographies de maîtres dont seules quelques-unes ont été exploitées.

2) dans le monde latin, avant le XIIIe siècle aucun document précisant le statut ou le mode de fonctionnement des écoles, ne nous a été transmis, et on ne connaît sur la plupart des maîtres, à part leurs oeuvres conservées, que leur nom, mais rien ou très peu de leur biographie, à l’exception notable d’Abélard et de Jean de Salisbury. Où et quand ont-ils enseigné, et d’ailleurs ont-ils vraiment enseigné ?

3) En revanche, à partir du XIIIe siècle, toujours dans le monde latin, les sources sont remarquablement abondantes, et comme beaucoup d’entre elles ont été éditées, elles ont été largement exploitées. Il s’agit de documents internes à l’Université, pour la plupart rassemblés dans le célèbre Chartularium Universitatis Parisiensis [3], à chacune de ses composantes (collèges, nations), et des documents externes, les bulles papales, bien sûr, les rôles (rotuli) ou listes de bénéfices, et plus généralement les Registres de la papauté (les Regesta). Mais ces documents ont un caractère institutionnel leur interprétation est problématique: lorsque des statuts sont promulgués, marquent-ils des « reprises en main » autoritaires de la part de l’autorité ecclésiastique (L.Bianchi [2]) ou sanctionnent-ils des situations déjà existantes tout en laissant dans l’ombre le processus qui y a conduit (J.Verger [9]) ? Lorsque des textes semblent marquer des changements, jusqu’à quel point les autorités qui les ont promulgués sont-elles favorables à l’évolution en cours ? D’ailleurs, même si on admet que beaucoup d’entre eux, même signés par le chancelier, le représentant de l’évêque, ou le légat, celui du pape, ont été au moins partiellement rédigés par certains maîtres que nous ne connaissons pas, reflètent-ils pour autant et jusqu’à quel point la façon dont les universitaires concevaient leur université ?  En bref, en dépit des documents à notre disposition le travail d’interprétation reste considérable.

Après ces précautions méthodologiques, qui ont valeur de mise en garde, nous pouvons présenter notre intervention: après une présentation de la mise en place des institutions médiévales d’enseignement, arabo-musulmanes et latines, nous décrirons comment est comprise au XIIIe siècle latin l’autonomie universitaire, puis nous discuterons certaines thèses qui voient dans les madrasas arabo-musulmanes la préfiguration des universités médiévales ou à tout le moins d’établissements comme les collèges universitaires.

Continuer la lecture de Jean Celeyrette et Edmond Mazet : L’université médiévale : une institution « autonome »