Archives du mot-clé Bourdieu ;

Pierre Macherey: Bourdieu critique de la raison scolastique. Le cas de la lecture littéraire

Inlassablement, avec une pugnacité qui ne se relâche jamais, Bourdieu pratique la sociologie comme une discipline de combat, foncièrement non consensuelle, et il mobilise à cet effet un style constamment offensif : en effet, la connaissance telle qu’il la conçoit, en la soumettant au primat du « sens pratique », récuse une attitude contemplative et dilettante qui se dispenserait de s’engager dans le jeu pour s’y faire une place, entre amis et ennemis ; c’est ce qui justifie qu’il ait besoin d’adversaires à attaquer pour affirmer, et simultanément affiner, les positions qui lui sont propres. Dans l’ordre du symbolique dont, sous l’inspiration de Max Weber, il a souligné l’importance pour comprendre le fonctionnement conflictuel des réseaux de socialité, il s’est forgé un adversaire privilégié, dont la nature complexe est elle-même toute symbolique : il s’agit de la « raison scolastique », à la critique de laquelle il consacre la première partie des Méditations pascaliennes, l’ouvrage de synthèse dans lequel, en 1997, dans le cadre du débat que, depuis l’origine, il menait avec la philosophie, il a rassemblé les grandes orientations de sa recherche. Cette critique le conduit, dans la seconde partie de ce même ouvrage, à répertorier les différentes formes que prend l’« erreur scolastique », à savoir les impostures propres à l’épistémocentrisme, au moralisme universaliste et à l’esthétique pure, et, en appendice à cette partie, il consacre un développement à la question « Comment lire un auteur ? », ce qui l’amène à poursuivre une réflexion entamée dans ses travaux antérieurs autour de ce qu’il appelle la position du lector, qui importe dans le domaine de la littérature l’attitude propre au représentant de cette « raison scolastique », et fournit une expression concentrée de ses errements, de ses impasses et de ses limites. Ceci est pour lui l’occasion d’esquisser, dans un contexte polémique, ce qu’on peut appeler une théorie négative de la lecture littéraire, dont la principale forme de manifestation est le refus, à propos de laquelle on ne peut éviter de se demander si elle débouche sur des résultats positifs et constructifs, dans le prolongement des thèses fracassantes exposées en 1992 dans Les règles de l’art (Genèse et structure du champ littéraire). Pour y voir clair sur ce point, ce qui est moins aisé qu’il n’y paraît au premier abord, il faut donc que nous examinions le concept de raison scolastique, dont la portée excède le domaine spécifique de la littérature, puis que, sur cette base, nous cernions les caractères définissant la posture de lector qui rendent inacceptable de lui conférer la légitimité universelle à laquelle elle prétend, et, enfin, que nous cherchions à identifier les présupposés de ce que Bourdieu appelle « science des oeuvres », à savoir une science qui atteigne les conditions effectives de leur production et de leur consommation, donc de leur lecture, qui consiste en leur reproduction dans des contextes qui ne sont pas nécessairement ceux dans lesquels elles ont été produites à l’origine. Continuer la lecture de Pierre Macherey: Bourdieu critique de la raison scolastique. Le cas de la lecture littéraire