Archives par mot-clé : fonctions cérébrales ;

Pierre Macherey : présentation de l’ouvrage de L. Clauzade : “L’organe de la pensée. Biologie et philosophie chez Auguste Comte”

Le travail que Laurent Clauzade consacre à la théorie des fonctions cérébrales chez Comte, issu d’une thèse soutenue à l’Université Lille III il y a une dizaine d’années, s’inscrit dans le cadre de la réévaluation actuellement en cours, sous l’initiative d’une nouvelle génération de chercheurs, du statut et de la portée de la philosophie positive ; prend également place dans ce cadre la démarche poursuivie par Bruno Karsenti dans son ouvrage Politique de l’esprit (éd. Hermann, 2006 ; une présentation de cet ouvrage a été effectuée au cours de la séance du 22/11/2006 de La philosophie au sens large), dont celui de Laurent Clauzade recoupe sur certains points les préoccupations. Cette réévaluation est rendue nécessaire par le déni de reconnaissance dont Comte fait aujourd’hui l’objet dans les milieux universitaires de l’enseignement et de la recherche, où, suivant un processus amorcé il y a une cinquantaine d’années, sa philosophie est généralement considérée comme périmée et susceptible seulement de retenir, au titre d’une curiosité, et à la limite d’une anomalie, un intérêt rétrospectif d’esprit antiquaire, donc privé de la capacité de stimuler  au présent une réflexion philosophique authentique : le symptôme effectif de ce déclin est fourni par la relative absence de Comte, en même temps que des catalogues des éditeurs, des programmes d’étude ; pour la dernière fois en 1959 , il a été inscrit au programme de l’écrit de l’agrégation de philosophie, ce qui signifie clairement qu’il a cessé d’être tenu pour un auteur dont la pensée mérite d’être connue dans son ensemble de manière fouillée par de futurs enseignants de philosophie : il a de ce fait été officiellement déchu de la dignité de grand philosophe, dans la forme administrée par l’institution scolaire et universitaire. Parallèlement, dans les sphères plus larges de la consommation culturelle, lui est refusée la capacité d’introduire efficacement à notre modernité, alors que cette capacité est au contraire consentie sans réserve à un auteur comme Bergson vis-à-vis duquel il n’est pas absurde de le poser en alternative : à une époque où Bergson est célébré et encensé, il est inévitable que Comte soit renvoyé au fond du trou. Dans ces conditions, il faut une certaine audace, pour consacrer, à contre-courant, une étude développée à une forme de pensée dévaluée, et en tout premier lieu banalisée du fait d’avoir été amputée des traits saillants qui ont fait l’essentiel de son originalité, par laquelle elle a introduit, dans des temps qui ne sont pas tellement éloignés, une rupture dans les manières usuelles de philosopher : Comte, on a trop tendance à l’oublier, a accompli lui aussi une véritable révolution copernicienne, dont nous subissons encore, même si c’est à notre insu, certains effets, sur un plan qui n’est d’ailleurs pas purement spéculatif. Continuer la lecture de Pierre Macherey : présentation de l’ouvrage de L. Clauzade : “L’organe de la pensée. Biologie et philosophie chez Auguste Comte”