Archives du mot-clé homo academicus ;

Pierre Macherey: L’Université sans les étudiants : l' »Homo academicus » de Bourdieu

        Homo academicus, la formule que Bourdieu a choisie pour intituler le livre qu’il a consacré, en 1984, à l’étude de ce qu’il appelle le « champ universitaire », fonctionne, prise à la lettre, comme un piège. En effet, en mimant d’autres formules déjà entrées dans l’usage, où elles ont d’ailleurs été vivement contestées, comme celle d’homo oeconomicus ou d’homo religiosus, elle semble ouvrir la perspective propre à une analyse d’essence, appuyée sur le présupposé de l’unité constitutive de son objet, signalée par la manière dont celui-ci est proprement qualifié, c’est-à-dire adjectivé : il y aurait un « genre » d’homme dont le trait distinctif est constitué par son appartenance à un ordre d’activité, par exemple « universitaire »  ou « académique », qui, à elle seule, suffit à le différencier en le faisant rentrer sous la catégorie qu’il représente ou est censé représenter. Or ce que fait principalement apparaître l’étude menée par Bourdieu sous cette rubrique est que la réalité rangée communément sous l’appellation d’universitaire, membre de cette institution « académique » qu’est l’université, est, non pas homogène et unifiée, mais divisée, selon des lignes de partage socialement connotées, qui en conséquence ne relèvent pas en dernière instance, du moins pas uniquement, de la manière dont le système universitaire est formellement organisé, parce qu’elles mettent en jeu les fonctions sociales remplies par ce système qui en débordent le mode propre de structuration.

        Sous la désignation d’homo academicus, se cache donc en fait la diversité des parcours possibles à l’intérieur d’un même champ, qui est un champ social à côté d’autres précisément parce qu’il ouvre et entretient la perspective de cette disparité, qui n’a rien de spontané, mais correspond à la logique par laquelle l’institution s’inscrit dans le contexte propre à une socialité polarisée, qui différencie et confronte des positions dominantes et des positions dominées : il s’agit donc d’une logique de répartition et de division, qui, sous l’apparence de l’unité propre à un genre, dissimule les inégalités qu’elle contribue à entretenir ; celles-ci sont mesurées à l’aide de critères qui ne sont techniques qu’en apparence, parce qu’elles renvoient en dernière instance à la manière dont la société est structurée. L’homo academicus est une fausse entité naturelle, qui recouvre une réalité partagée, clivée, traversée par des tensions objectives auxquelles participent activement, davantage qu’elles ne les reflètent comme de l’extérieur, donc passivement, les représentations subjectives des agents qui occupent l’institution en contribuant à sa reproduction à travers leurs choix déclarés et les motivations plus ou moins conscientes qui les soutiennent ou en constituent l’accompagnement. Continuer la lecture de Pierre Macherey: L’Université sans les étudiants : l’ »Homo academicus » de Bourdieu