Archives du mot-clé Passeron

Pierre Macherey : « La communication et ses failles : des « Héritiers » à « La reproduction » (Bourdieu/Passeron)

(cette étude se situe dans le prolongement de celles qui ont été présentées pendant l’année 2009-2010 autour du thème de l’université, et particulièrement de celle consacrée au concept de « discours universitaire » chez Lacan, qui donnait une première approche de ce que peut être la lingua universitatis, ou LU)

        Dans une perspective différente de celle adoptée par Lacan sous la pression des évènements de 1968 qu’il a vécus comme une crise remettant en cause la position de la psychanalyse dans la forme originale qu’il avait entrepris de lui donner, Bourdieu et Passeron, dans les textes qu’ils ont cosignés durant la période cruciale pour le destin de l’université française qu’a été la décennie 1960-1970 qui a fait passer pratiquement sans transition de l’université des élites à l’université de masse1, se sont posés, en sociologues, la question de savoir en quel sens et dans quelles limites l’université peut être tenue pour un lieu de langage : entendons par là un lieu où on parle la langue d’une certaine manière, profilée selon des fonctions et des attentes bien précises, ce qui contribue à faire de l’université où cette façon de parler est en usage un endroit à part, comme un empire dans un empire, forteresse ou champ clos, borné et cloisonné sous l’effet des modes de communication qu’il emploie. Cette interrogation, ils l’ont prise en compte en la mettant en corrélation  avec l’examen d’un problème plus large, qui concerne le système d’enseignement dans son ensemble : de quel type d’autonomie celui-ci dispose-t-il dans les sociétés modernes, où il assume les tâches de formation et d’apprentissage sous une double détermination, appréciable à la fois en termes de compétence technique et de positionnement sociale ? Or, à leur point de vue, le rapport à la langue et à ses usages joue précisément un rôle essentiel dans la réalisation de cette intrication du technique et du social, qu’il contribue à parer des apparences du naturel et de l’évidence, alors qu’il s’agit d’une construction artificielle ne disposant en réalité d’aucune nécessité en soi. Et, du fait que le rôle dévolu à ces usages de la langue qui se différencient de l’usage commun et à l’effet d’illusio qu’ils engendrent croît en importance et produit des effets de plus en plus sophistiqués à mesure qu’on s’élève dans les degrés de l’enseignement, il n’est pas absurde de supposer que l’université, en tant qu’elle est conçue comme un espace où circule de l’information, – une caractérisation qui, d’ailleurs, ne va pas de soi, tant elle paraît restrictive -, dispose en vue de dispenser ses messages d’un idiome approprié, d’un « langage » spécifique, dont les tournures ne sont maîtrisables que sous certaines conditions qui ne relèvent pas d’un simple apprentissage technique, effectué sous des formes explicites, objectives et neutres.

        Il est intéressant de mettre cette analyse en parallèle avec celle que Lacan propose du « discours universitaire », dont elle diffère, on le constate immédiatement, par le fait qu’elle présente l’objectivité et la neutralité dont se réclame ce discours universitaire, – un trait monté en épingle par Lacan, qui l’oppose à la subjectivité et à la partialité susceptible d’être imputée au discours du maître, ce qui fait de ce dernier un discours d’autorité -, comme une apparence qui dissimule d’autres enjeux, d’autant plus prégnants qu’ils ne se manifestent pas explicitement, ce qui permet au système de remplir le rôle de discrimination qui lui est imparti dans le cadre du processus de la reproduction sociale. En conséquence, si l’idiome pratiqué à l’université revendique, en raison de son caractère uniformisant, une dimension « démocratique », comme le souligne également Lacan, il révèle du même coup certains arrière-plans cachés de l’ordre démocratique et du projet égalitaire affiché formellement par celui-ci, qu’il réalise sous des formes clivées, à travers des processus qui cumulent les objectifs de l’intégration et ceux de la ségrégation, et parviennent à unifier, à homogénéiser, en départageant, en divisant : loin de se limiter à faire tout passer sur un même plan, comme le diagnostique Lacan, qui reproche principalement au discours universitaire sa platitude attrape-tout, il dissocie, il sépare, il fabrique de l’inégalité en exploitant la différence entre les dispositions linguistiques propres à chaque catégorie sociale, qu’il reprofile selon ses critères spécifiques en exploitant les possibilités offertes par son autonomie relative. Vu sous cet angle, le discours universitaire n’est pas seulement, tel que Lacan le caractérise, une structure formelle, unifiée par sa propre logique interne, mais il opère toujours en situation, donc de manière surdéterminée, de façon à gérer une communication qui cultive, non exclusivement, comme il le prétend, l’entente, mais également le malentendu :

« L’emploi assuré que les professeurs font de l’idiome universitaire n’est pas plus fortuit que la tolérance des étudiants au brouillard sémantique. Les conditions qui rendent le malentendu linguistique possible et tolérable sont inscrites dans l’institution même : outre que les mots mal connus ou inconnus apparaissent toujours dans des configurations stéréotypées capables de procurer le sentiment du déjà entendu, le langage magistral tient sa signification complète de la situation où s’accomplit le rapport de communication pédagogique, avec son espace social, son rituel, ses rythmes temporels, bref tout le système de contraintes visibles ou invisibles qui constituent l’action pédagogique comme action d’imposition et d’inculcation d’une culture légitime. » (La reproduction, p. 134)

        Les figures du malentendu linguistique sont donc canalisées de manière à produire l’effet escompté par le système dans le contexte concret où il fonctionne, c’est-à-dire une action d’imposition et d’inculcation, l’une n’allant pas sans l’autre. Autrement dit, c’est en rognant sur le rendement informatif de la communication que le discours universitaire parvient à faire reconnaître sa prééminence, sous les espèces de la légitimité, en s’emparant, dirait Lacan, de la place occupée normalement par le discours d’autorité qu’est directement le discours du maître : le « savoir » qu’il dispense de manière réglée, parcimonieusement, se trouve doté d’une dimension d’inaccessibilité, ou tout au moins d’inégale accessibilité, par laquelle il remplit la fonction sociale qui lui est assignée, à savoir instaurer ou confirmer un rapport de reconnaissance et de soumission ; il est formaté de manière à ne pouvoir être reçu indifféremment par tous de la même façon : loin de diffuser sur un même plan une parole commune, que tous puissent entendre pareillement, il fonctionne comme un instrument de sélection, suivant les normes propres à une société partagée entre positions dominantes et positions dominées. De ce point de vue, les ratés du système, concrètement les situations d’échec qu’il provoque, et littéralement fabrique, sont aussi ses succès, dans la mesure où ils en servent les finalités profondes.

        Il en résulte, selon Bourdieu et Passeron, que le discours universitaire, qui est une construction artificielle élaborée par des professionnels, homines academici détenteurs d’une fonction qu’ils exploitent en vue de se rendre d’abord service à eux-mêmes dans le contexte de la compétition acharnée qui les oppose entre eux à l’intérieur de leur « champ », a en tout premier lieu pour objectif, non de transmettre des contenus de savoir, mais de fixer en les différenciant et en les hiérarchisant les rapports que chacun entretient avec sa langue naturelle d’origine, c’est-à-dire sa langue de classe, celle à laquelle il a été formé au départ dans son milieu social d’origine  :

« Etant donné que le rendement informatif de la communication pédagogique est toujours fonction de la compétence linguistique des récepteurs (définie comme maîtrise plus ou moins complète et plus ou moins savante de la langue universitaire), l’inégale distribution entre les différentes classes du capital linguistique scolairement rentable constitue une des médiations les plus cachées par lesquelles s’instaure la relation… entre l’origine sociale et la réussite scolaire, même si ce facteur n’a pas le même poids selon la constellation des facteurs dans laquelle il s’inscrit et, par conséquent, selon les différents types d’enseignements et les différentes étapes du cursus. » (La Reproduction, p. 144)

        A tous les niveaux où il fonctionne, le discours universitaire, derrière une façade d’uniformité rationnelle, sanctuarisée et sacralisée, effectue une répartition, sur le plan de la consommation effective du capital linguistique dont il assure inégalement la gestion ; c’est de cette manière qu’il remplit sa tâche de « reproduction », au service de l’ordre social dont il assure la perpétuation :

« Ainsi la ruse de la raison universitaire par laquelle l’institution amène l’enseignant à servir l’institution en le disposant à se servir de l’institution sert en définitive une fonction de conservation sociale que la raison universitaire ne connaît pas et qu’en tout cas elle ne peut reconnaître : si la liberté que le système d’enseignement laisse à l’enseignant est la meilleure façon d’obtenir de lui qu’il serve le système, la liberté qui est laissée au système d’enseignement est la meilleure manière d’obtenir de lui qu’il serve la perpétuation des rapports établis entre les classes, parce que la possibilité de ce détournement des fins est inscrite dans la logique même d’un système qui ne remplit jamais aussi bien sa fonction sociale que lorsqu’il semble poursuivre exclusivement ses propres fins. » (La Reproduction, p. 159)

        Résumons : de par le rapport spécifique à la langue sur lequel il se fonde, au niveau où joue sa logique propre dans le cadre de l’autonomie relative qui lui est concédée, le système universitaire sert des intérêts inavoués, et peut-être inavouables, dont l’analyse sociologique, qui en décrypte les mécanismes en prenant en considération les conséquences concrètes de leur fonctionnement, fournit, et est seule à pouvoir fournir, la révélation, en surmontant la résistance qu’oppose à celle-ci la « ruse de la raison universitaire ».

        Cette manière d’envisager les modes de communication en usage à l’université n’est donc pas moins décapante que celle pratiquée par Lacan : elle débouche sur la dénonciation des abus dont ceux-ci sont responsables en dépit de leurs prétentions consensuelles, qui recouvrent en réalité la perpétuation d’un système où il y a à gagner et à perdre, où il y a de la réussite et de l’échec, c’est-à-dire des intérêts adverses qui bataillent, entre autres, pour la détention du capital symbolique dont la pratique de la langue constitue le déterminant premier. L’analyse de l’idiome universitaire développée par Bourdieu et Passeron à partir de ces prémisses est d’une extrême complexité, et elle est exposée sur un ton sentencieux, avec une déconcertante lourdeur qui la rend parfois difficile à suivre. Nous en retiendrons trois aspects qui permettent d’en faire ressortir l’originalité : le rôle déterminant que remplit le rapport au langage dans le processus scolaire d’inculcation ; le type d’autorité légitime que requiert ce rapport au langage dans la perspective propre à une logique scolaire de reproduction ; et enfin les contraintes et les apories propres à l’usage « lettré » qui constitue la marque de fabrique du rapport scolaire et universitaire au langage.

Continuer la lecture de Pierre Macherey : « La communication et ses failles : des « Héritiers » à « La reproduction » (Bourdieu/Passeron) 

  1. Les Héritiers – Les étudiants et la culture, éd. de Minuit, 1964 ; « Rapport pédagogique et communication », texte servant d’Introduction au n° 2 des Cahiers de Sociologie européenne publié en 1965, et paru simultanément avec quelques aménagements mineurs sous le titre « Langage et rapport au langage dans la situation pédagogique » dans le n° 232 des Temps Modernes, septembre 1965 ; La ReproductionEléments pour une théorie du système d’enseignement, éd. de Minuit, 1970. []